Pierre Mourey, un homme de l’ombre

Publié le 30 juin 2022 par Magazine En-Contact
Pierre Mourey, un homme de l’ombre

En gare d’Achères, il enregistre un train de marchandises qui finira sur les Chants Magnétiques de Jean-Michel Jarre. Les responsables de la gare SNCF ont pris sur eux de faire rouler le train très lentement.

Même si sa passion du travail bien fait, minutieux, l’a éloigné des studios, ceux qu’il a fréquentés, au sein desquels il a préparé ou réparé du matériel, voire des synthés Moog «gros comme des armoires normandes » sont illustres : Croissy, Aquarium, Damiens. Voici un bout du parcours d’un homme de l’ombre, électronicien, ingénieur du son, artisan, qui méritait bien un peu la lumière que lui a donnée, de façon fugace, le blog consacré aux passionnés de Jean-Michel Jarre. On y découvre une époque, des recrutements qui vont très vite, et l’importance d’être au bon endroit, au bon moment.

Jean-Michel Jarre - Chants Magnétiques

Pierre Mourey ? Un nom discret, rencontré sur des pochettes de disques de Jean-Michel Jarre en tant qu’assistant à l’enregistrement et au mixage de quatre albums, qui s’étalent entre 1981 et 1984.

Avant et après, mystère. Pas de Pierre Mourey crédité, sur aucun autre album d’aucun autre artiste… Après une formation en électronique, Pierre Mourey désire devenir ingénieur du son. À peine sorti de son école, il est embauché par François Dentan, lui aussi ingénieur du son, mais aussi propriétaire de Studio Equipment, une société qui vend et répare du matériel de studio d’enregistrement, comme des consoles ou des magnétophones.

 

Pierre Mourey : « Je suis électronicien. J’ai passé un bac électronique dans les années 70 et après, j’ai fait l’École Louis Lumière à Paris pour être ingénieur du son. J’avais envie d’entrer là-dedans parce que ça m’intéressait. J’ai commencé (à travailler) en août 76, tout de suite en sortant de « l’école Vaugirard ». C’était le dernier jour, je suis rentré chez moi, et j’ai reçu un coup de fil de mon professeur principal qui m’a dit dit : « Écoutez. Je viens d’avoir la visite de quelqu’un qui cherche un technicien. J’ai pensé à vous. » J’ai appelé François Dentan, on s’est donné rendez-vous porte Maillot, et le jour-même j’ai commencé à travailler ! François Dentan était l’importateur pour la France des consoles et des magnétophones MCI, qui était sa marque phare. Il vendait également Scully, et une autre marque californienne qui s’appelait Quad-Eight (plutôt des consoles pour le cinéma).

 

PIERRE MOUREY S’INSTALLE DONC DÉBUT 81 DANS LE STUDIO DE CROISSY

Il y assure la maintenance et pour assister Jean-Michel Jarre à l’enregistrement de sa musique. « J’y ai travaillé en tant que technicien. Je m’occupais des branchements puisqu’à l’époque, également, il avait remanié complètement le studio d’enregistrement qui était chez lui. On l’a complètement refait et il a fallu tout recâbler de A à Z. Quand on travaillait tous les deux, lui était aux claviers, et je m’occupais de la prise de son. Je m’occupais parfois de rechercher des sons, de faire certains types de branchements, puisque je connaissais assez bien tout ce matériel de studio. On trouvait des réglages pour des effets ou des sonorités à utiliser. Jean-Michel avait parfois des obligations qui le menaient hors du studio. Je mettais à profit ce temps pour trouver de nouvelles sonorités, pour faire de la maintenance ou pour ranger.

 

DANS LA GARE DE TRIAGE D’ACHÈRES ET CHEZ GANG ENSUITE

À peine recruté, Pierre Mourey est tout ensuite impliqué dans le processus de création de l’album Les Chants Magnétiques qui est en cours de conception. « Quand je suis arrivé chez lui, il était en train de terminer Les Chants Magnétiques. J’ai travaillé sur les derniers morceaux. Le disque était déjà bien avancé. Puis, j’ai fait différents enregistrements acoustiques qu’il a utilisés, notamment un morceau durant lequel on entend un train interminable passer doucement sur les rails. Je me rappelle être allé dans la gare de triage d’Achères où j’ai rencontré les responsables de la gare qui m’ont dit : « Il y a un grand train de marchandises qui doit partir. Spécialement pour vous, on va le faire passer tout doucement ! » Et j’ai enregistré, durant peut-être deux minutes, le bruit des voitures sur les rails. C’était un mouvement assez lent. La prise de son est belle parce que je disposais d’un très bon magnétophone et de très bons micros. Quand on l’écoutait en studio, on avait vraiment l’impression d’avoir le train qui passait sur les genoux ! Les Chants Magnétiques ont été mixés dans l’ancien studio, avant qu’il ne soit transformé, à Croissy. C’était Jean-Pierre Janiaud, l’ingénieur du son du studio Boulevard de l’Hôpital (studio Gang, NDR), qui a fait le mixage.

 

Source : entretien accordé à Aero-Zone complété par un entretien avec Pierre Mourey

Photo de une: crédit © Emil Hernon

Pour poursuivre l'aventure des Studios de Légende, c'est ici.

Retrouvez les secrets des Studios de Légende

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant
×