Quand la RATP monte ses clients les uns contre les autres

Publié le 16 décembre 2010 par Magazine En-Contact
Quand la RATP monte ses clients les uns contre les autres

 

Toujours soucieuse de développer le savoir-vivre de ses usagers, la RATP a lancé une campagne de sensibilisation qui n’est pas du goût de tout le monde. Elle intime en effet à ses clients, lorsque deux poussettes sont déjà dans un bus, de plier la leur et de prendre leur enfant sous le bras.
Autant dire que les difficultés pratiques à mettre en place cette recommandation, et son impact sur la clientèle, n’ont peut-être pas été bien considérées.
Alice Le Roy, porte-parole du groupe Europe Ecologie Les Verts du XIe arrondissement de Paris, les a fait valoir dans une tribune virulente : « Arrive-t-il aux dirigeants de la RATP de prendre les transports en commun avec un bébé ? Savent-ils que sortir un bébé (parfois endormi) d’une poussette ou d’un landau (donc en général le réveiller), replier le matériel, monter dans le bus (en général bondé) avec son sac et son enfant dans les bras (et parfois en en tenant un autre par la main), poser la poussette dans un coin, trouver une place … alors que le bus a en général redémarré, c’est irréaliste – et dangereux ».
Elle n’oublie que de signaler le cas de figure où deux poussettes attendent le même bus au même arrêt pour une seule « place » disponible… Quelle sera la recommandation de la RATP dans pareille situation ? Un combat de catch pour départager les mamans ?
La RATP plaide elle la campagne « humoristique ». Or le slogan de cette campagne « On a beau adorer les bébés, avec les poussettes, il ne faut pas pousser », jugé provocateur, illustre la difficulté faire passer un message sérieux et désagréable sur le ton de la plaisanterie.
Même Jean-Vincent Placé, le vice-président du Syndicat des Transports en Ile de France s’en est ému, qui a déclaré que « L’argent des usagers ne doit pas servir à financer ce type de slogans qui les stigmatise ».
Malrgré cette récrimination, la campagne est toujours visible sur le site de la RATP.

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant
×