On n’est pas sérieux quand on a 17 ans

Le 19 décembre 2017 par Magazine En-Contact

Edito N°101 /

Avoir l’ambition et le désir fou de changer le monde grâce au verbe, de réinventer la vie est-il une dangereuse chimère ? Le rêve fou du poète de Charleville-Mézières, l’homme aux semelles de vent, comme on l’a dénommé, a au moins provoqué l’écriture et l’édition de quelques-uns des plus beaux poèmes de la langue française. Ils sont là, pour toujours. Quelques euros et un peu d’attention suffisent pour les découvrir, les relire.
Depuis quelques jours, dans la ville natale de celui qui deviendra ensuite trafiquant d’armes en Abyssinie, Charleville-Mézières, plus de 70 nouveaux chargés de relation citoyen (c’est l’appellation des téléconseillers à l’Ants) répondent aux demandes des citoyens français qui désirent recevoir ou disposer de leur carte grise. Ils répondaient, en décembre à plus 30 000 appels et 30 000 mails, par semaine… Les centres d’appels peuvent donc faciliter la vie des citoyens comme celle des clients. C’est un éditeur français (Eptica), très présent dans le secteur public, qui équipe l’Agence Nationale des titres sécurisés. Et si mes sources sont fiables, Manpower est l’un des partenaires qui a recruté et formé une partie des nouvelles recrues du plateau dirigé par une jeune femme rapide à répondre aux sollicitations :  Alexia Alliot. Il existe des french doctors de l’expérience client qui méritent qu’on raconte leur histoire.
Dix-sept ans après sa création, En-Contact est toujours en vie, avec une même ambition : raconter la vie des entreprises et des institutions où l’on essaye de s’occuper du client, des autres donc. Décrire les écueils, les outils dont ces aventuriers s’emparent et parfois aussi, raconter ou tenter de décrypter les mystifications qui pullulent, langagières ou technologiques. Merci à ceux qui ont soutenu cette entreprise un peu déraisonnable, dès le début (Anthony Dinis/Vocalcom, Maxime Didier/b2s-Comdata, Charles-Emmanuel Berc/Vipp-Interstis), ou ensuite (Frédéric Jousset/Webhelp) etc., ceux qui nous ont lu et commenté et parfois remis, par leurs remarques, sur le droit chemin. Aux équipes qui ont permis à ce fanzine de perdurer. Je me suis demandé souvent s’il fallait continuer d’éditer du papier ou devenir « trafiquant d’armes » : ne faire que du digital, en reprenant à l’arrache et sans discontinuer, sans même passer un coup de fil ou aller voir sur le terrain, les milliers de communiqués de presse ou infomercials déguisées reçues chaque jour. Je crois que ça n’est pas notre chemin. On vise carrément de devenir le New York Times des centres d’appels et de la customer experience, d’où la fausse une ci-contre reprenant le premier édito (voir la version imprimée).

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans
Et qu’on a des tilleuls verts sous la promenade.
Arthur Rimbaud

 

Retrouvez les articles et les couvertures qui ont marqué la vie du magazine depuis 17 ans.

 

 

 

Par Manuel Jacquinet
édito rédigé en décembre 2017

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Une réponse à “On n’est pas sérieux quand on a 17 ans”

Laisser un commentaire