L’astronome* – 1668

Le 6 mars 2014 par Magazine En-Contact

EC_78Édito N°78 / (La Hollande… ouvre des perspectives)

Il vécut dans une atmosphère bruyante (Delft était une ville de marchands et sa maison accueillit dix enfants dont 4 qui moururent en bas-âge), mais une atmosphère paisible émane de ses tableaux.
Il a surtout peint des ambiances domestiques, intimes, peuplées de femmes, mais l’Astronome met en scène, au contraire, un scientifique au travail, dans une longue robe bleue – de soie ? – et ce sont les perspectives, sans défaut, qui étonnent : à tel point qu’on a longtemps pensé qu’il se servait d’un outil spécial pour les dresser.
Le point de fuite, situé quasiment au milieu du tableau, dénote le savoir-faire et l’art de la perspective, qu’on apprenait à l’époque, peintres et scientifiques échangeant usuellement leurs techniques.
Johannes Vermeer mourut presque ruiné mais continua jusqu’au bout de faire un large recours à l’outremer naturel, un pigment extrêmement onéreux, fait de lapis-lazuli broyé.

Le 10 février, jour de la rédaction de cet édito, Paris est sans taxi (suite à une énième grève des professionnels après le dernier rebondissement de leur bras de fer réglementaire les opposant aux VTC), les librairies Chapitre vont mourir dans leur grande majorité et l’ancien libraire que je suis pressent qu’un monde sans livre, sans passeur pour nous les faire découvrir, ne nous apportera rien de bon…
Une énième manifestation (le Podium de la relation client) viendra ce soir couronner des spécialistes de la relation client puis Qualiweb succèdera au Podium, en attendant les Palmes et l’Élection du Service Client de l’Année : on craint l’engorgement.

Qu’une petite toile, (51,5×45,5cm – presque un carré), échappe au sort que lui destinait Hitler (dans une caisse marquée « H13 », elle devait rejoindre une des caches du régime) puisqu’elle est désormais au Louvre, c’est un signe du destin.
Qu’elle soit à notre portée pour le prix d’un ticket de métro, c’est une bonne nouvelle (et je me suis juré cette année que les éditos ne relaieront que des bonnes nouvelles).
Comme l’Astronome, quelques professionnels de la relation client, les mieux éclairés, scrutent leur globe (terrestre en ce qui les concerne) pour déterminer les nouvelles tendances (à New York pour le congrès de la NRF ? voir notre dossier du mois), marchés et destinations pour leurs nouvelles implantations. C’est une tradition chez les néerlandais, grands commerçants, ça commence à le devenir en France. Jean Reignier a trouvé les relais de croissance en Russie où la filiale de ComEarth, dirigée par la jeune locale Evguenia Lekanova, connaît une croissance de 200%, Marc Labarre (DataBase Factory) – notre interviewé du mois – a trouvé au Benelux et au Royaume-Uni des partenaires désireux de lui céder leurs centres d’appels.
Et puisque d’autres grands spécialistes de la relation client à distance vont désormais faire leurs emplettes aux Pays-Bas (en l’occurrence Webhelp, voir en partie PeR Ebitda), mettez-vous à l’heure hollandaise !

Manuel Jacquinet,
Édito rédigé en février 2014

 

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire