Et j’achète la Rue de la Paix et un hôtel : Diabolocom passe par la case départ et encaisse 20 000

Publié le 27 octobre 2021 par Magazine En-Contact
Et j’achète la Rue de la Paix et un hôtel : Diabolocom passe par la case départ et encaisse 20 000

Le Monopoly est un jeu addictif, éternel et qui nous a permis à tous de comprendre le poids symbolique de certaines rues, avenues parisiennes. En installant 800 mètres carrés de nouveaux bureaux dans l’un des plus beaux quartiers de Paris, Diabolocom envoie un signal fort au marché des plateformes de relation client. La forte croissance de l’éditeur et opérateur télécom, spécialiste des interactions client en omni-canal, la croissance de l’équipe de développeurs, emmenée par David 3615 Sagakian et la baisse putative des loyers dans le quartier (lorsqu’on sait en conclure la location en plein Covid) ont permis et provoqué ce déménagement. Les locaux seront peut-être aménagés par l’une des agences de space planning les plus réputées de la place, Archimage, un point qui est en cours de discussion. 
Diabolocom, qui est en train de se faire une place remarquée sur le métier des appels sortants, ce qui n’était pas historiquement son savoir-faire initial, rejoint dans le quartier quelques autres grands spécialistes de l’expérience client : Sitel (Bvd Haussmann), Zaion (Bvd Haussmann), Meilleurs Agents, Beaux-Arts Magazine (propriété de Frédéric Jousset). 
Les anciens du métier se rappellent que Vocalcom a loué pendant longtemps de superbes bureaux rue de Tilsitt, avec vue sur l’Arc de Triomphe.
Une grande fête d’inauguration des locaux a été proposée, date à confirmer, sur T1/2022. Pour recevoir votre carton d’invitation, téléphonez au 01 76 49 04 90.
Dans le même domaine d’activité, Nixxis ne semble pas avoir, à ce stade, concrétisé ses ambitions de se développer sur le marché français. Un point complet sur les logiciels permettant la prospection téléphonique et intégrant des dialers efficaces dans le N°122 d’En-Contact. 

Bloctel, un peu moins en panne

La DGCCRF est restée très discrète ces derniers jours malgré la panne majeure qui concerne la liste d’opposition au démarchage téléphonique, depuis le 1er octobre. France Inter, France Info et le Journal du dimanche (cf Article joint) ont évoqué ces dysfonctionnements majeurs, sans qu’aucun de ces médias ne parvienne à obtenir d’explications de la part de l’entité qui dépend du Ministère de l’Économie et des finances. 
Certains prestataires, spécialisés en démarchage téléphonique sont restés presque sans activité ou en activité très réduite durant plus de 21 jours en octobre, en raison de cette panne, que Worldline et son commanditaire continuent de présenter comme une phase de migration, prévue. 

Par la rédaction d’En-Contact

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant
×