« Ma préoccupation première est la reprise de l’activité »

Publié le 18 juin 2013 par Magazine En-Contact
« Ma préoccupation première est la reprise de l’activité »
Bertrand Delamarre, président-fondateur de Call Expert
Bertrand Delamarre, président-fondateur de Call Expert

Quel rôle jouent les syndicats notamment la CGT dans les évènements qui secouent le site gardois de Call Expert ?
Le centre de contacts est en effet paralysé depuis treize jours par un conflit social aux motivations confuses, avec occupation des locaux et dégradations du matériel de travail.
Tandis que la survie de nombreux sites français de prestataires est déjà compromise par les difficultés économiques de 2013 et les renégociations tarifaires souvent tendues avec leurs donneurs d’ordres, le « blocage » de l’un des trois sites de production du prestataire français a secoué l’écosystème gardois et déclenché des réactions étonnées, jusque chez le sous-préfet local, pourtant chargé de mener des négociations avec les partenaires sociaux.
Bertrand Delamarre, président-fondateur de Call Expert, dont l’absence à certaines réunions de conciliation a alimenté la confusion sur cette affaire, nous a accordé une interview exclusive.
Dans le prochain numéro d’En-Contact, nos lecteurs trouveront un article de fond sur le rôle des syndicats dans l’industrie des centres d’appels.

Le site de Saint-Christol les Alès est il en danger, et si oui pourquoi ? En avez-vous averti les salariés ?
Lors du CE ordinaire du 3 Juin 2013 nous avons présenté un point suivi de l’activité comme chaque mois. Dans ce cadre, nous avons fait part aux élus du non-renouvellement d’un contrat important au 31 Décembre 2013. Le client nous garantissait le maintient des flux, c’est à dire des volumes d’ici à la fin de l’année donc, pas d’impact sur les effectifs. Lors de ce même CE, nous avons présenté aux élus les différents prospects en cours et les moyens mis en œuvre par la direction pour saisir des opportunités commerciales. J’avais insisté auprès de nos élus qui sont également nos DS de l’importance du maintien sans faille et continu des prestations. J’ai indiqué qu’à cette date il n’y avait aucun problème d’activité et/ou d’impact sur les effectifs. Ces propos sont confirmés par le syndicat majoritaire CFDT et la secrétaire du CE, elle même de la CFDT. Pour elle, il fallait nous laisser le temps de leur apporter ces garanties.

Qui a déclenché la grève sur le site ?
La grève a donc été déclenchée par la DS CGT et fortement soutenue par l’Union locale CGT le 5 Juin. Depuis cette date, les locaux de la société Call Expert Languedoc Roussillon ont été occupés par la CGT. Nous avons fait constater par huissier ce jour le sabotage de nos installations : déconnexion de l’ensemble des ACD et T2 depuis le mercredi soir, au début du mouvement. La CGT tente de nous imputer ce dysfonctionnement. A ce jour, la liberté d’accès au site reste toute relative puisque il y a en permanence des représentants de l’union locale CGT à l’entrée de l’entreprise, prêts à libérer ou fermer l’accès selon les intervenants extérieurs comme l’illustre l’accès refusé cet après midi à un officier de la police judiciaire.

Quelles sont désormais les prochaines étapes dans ce processus ?
Une réunion de « médiation » a été fixée le jeudi 20 Juin à 11h sous l’égide de la Sous-Préfecture d’Alès. J’y serai présent.
Ma préoccupation première aujourd’hui est la reprise de l’activité.

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant
×