Benoît Duquesne, le présentateur de télévision qui s’intéresse à la création d’emplois. Un peu. Pas trop…

Le 7 septembre 2012 par Magazine En-Contact

« Emploi, que peut faire Montebourg ? » « Centres d’appels, relocalisez s’il vous plaît ». Ce sont des thèmes et des reportages ô combien d’actualité qu’on nous proposait, le jeudi 6 septembre sur France Télévision, dans Complément d’Enquête. Qu’a-t-on appris ? Pour ma part, que Benoît Duquesne est un présentateur de télévision, s’il a jamais été journaliste et que Complément d’Enquête est une émission bien mal nommée : ça a la couleur de l’enquête, ça ressemble à du journalisme d’investigation, mais ça n’est ni l’un ni l’autre :  de la Canada Dry TV, des compléments alimentaires, en lieu et place de la « cuisine du chef avec vin de pays » qu’affiche et annonce le menu à l’entrée du restaurant.


— Le 27 Aout, l’équipe d’Upside Télévision était dans les bureaux de la rédaction d’En-Contact et a tourné trois séquences : une première où je mentionnais que les centres d’appels sont situés partout dans le monde avec des coûts de prestation différents ; une deuxième où étaient détaillées les deux mesures proposées le 4 juillet qui permettraient de créer 15 000 emplois, en un an, dans les services clients et les centres d’appels en France ; la troisième où j’expliquais, documents et appels d’offre à l’appui, pourquoi Jean-Paul Huchon a menti, pourquoi le gouvernement ment également lorsqu’il prétend qu’il faut revoir la législation sur les appels d’offre publics ou revenir sur la loi Chatel… pour créer ces emplois.

Quelques jours avant, Upside Télévision avait tourné quelques séquences chez Eodom, une entreprise française qui a réussi à créer plus de 300 emplois en France en développant le centre d’appels à domicile ou homeshoring. Preuve s’il en est que des pistes existent.

Aucune des informations exclusives, aucune des propositions concrètes qui ont fait l’actualité ces dernières semaines sur ce thème  – des documents fournis pourtant à la société de production Upside Télévision qui a réalisé le reportage – n’ont été mentionnées, reprises. En clair, les « journalistes » de Complément d’Enquête et la société de production avec laquelle ils collaborent ont choisi de ne pas utiliser ces séquences, de ne pas informer les Français. Joint par mes soins par téléphone, le mercredi 5 septembre, Benoît Duquesne qui présente l’émission… découvre le sujet, confond loi Chatel et numéros Illico et n’a jamais entendu parler d’Eodom. C’est pourtant le sujet, non ? Pourquoi les images tournées, le reportage réalisé au sein de cette entreprise ont-ils été coupés ? A la veille de la diffusion de son émission, il est interloqué par ce que je lui apprends… Quand je m’étonne – parce que la société de production nous indique que rien n’a été repris – de ces oublis, sa réponse est : « Le montage final est fait, c’est trop tard. J’essaierai d’en parler… »

— Jean-Paul Huchon, dans l’émission, apparaît embarrassé lorsque Nicolas Daniel (Upside Télévision) lui montre, document à l’appui, que des appels d’offre publics permettent, grâce à des clauses insérées dans ceux-ci, de privilégier des centres d’appels et prestataires français. Comme ce serait judicieux de reposer la question, de citer la source grâce à laquelle vous avez récupéré cet appel d’offre et ces fameuses clauses… qui font débat ! Je suppose que si les documents exclusifs que nous avons fournis avaient été fournis par Mediapart ou Wikileaks, les sources auraient été mentionnées.

— Lorsqu’Arnaud Montebourg indique en début de reportage que les Français sont disposés, pour 70% d’entre eux, à payer plus cher pour un service de qualité, peut-être faudrait-il lui rappeler que la proposition de créer des numéros Illico a été faite le 4 juillet par le signataire de cet article. Qu’elle permettrait de créer 12 000 emplois (c’est le thème de l’émission).Et que sa réponse se résume à ce jour à un courrier qui annonce la création d’une commission. Une nouvelle commission…

On a vu, dans le joli reportage d’Upside Télévision (qui doit avoir envie de conserver son client France Télévision), les jolis locaux de Bercy et de la Chambre de commerce de Paris (ça ressemble à Versailles)… Mais des précédentes images et des témoignages évoqués ci-dessus, on n’a rien vu, rien entendu. Nada.

On constate une nouvelle fois que, malgré l’importance du sujet, le journalisme et les enquêtes journalistiques se résument, en France, à des discussions de salon, entre soi. Depuis trop longtemps ! Pour les plus déjantés, ça se passe dans les cafés du 11ème, à Oberkampf, en Converse. On vient au café en scooter (ça fait baroudeur qui peut aller vite sur les endroits chauds de la planète). On lit le Parisien… dont on reprend, sans jamais rien vérifier, les nouvelles croustillantes (ça évite de payer des journalistes de terrain). Il est peut-être temps que ça change ? M. Benoît Duquesne, je vous propose un prochain sujet pour Complément d’Enquête : « Les journalistes font-ils leur travail ? » Et je crois… que vous ferez beaucoup d’audience. De l’audience… c’est ce dont rêvent les présentateurs de télévision, non ?

Manuel Jacquinet 


Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

5 réponses à “Benoît Duquesne, le présentateur de télévision qui s’intéresse à la création d’emplois. Un peu. Pas trop…”

  1. Comme si la vocation de la tv était de sortir le grand public de certains pré supposés…
    La question est trop pointue pour être livrée en pâture au téléspectateur passifs, sachant que le journaliste s’engouffrera naturellement vers le simplisme et les clichés (centre d’appels = inexorablement délocalisation, etc.)

  2. Bravo Emmanuel ce sujet à été très superficiellement traite et je salue également l’intervention du CO président de Webhelp bien cordialement

  3. Merci Manuel pour ces précisions précieuses. Effectivement tu mets en évidence que les reportages sont loin d’etre factuels, orientés selon les interets de l’interlocuteur et représentatifs de tous les reportages fades ou people que l’on nous offre . Meme Arte semble touché par ses troncages.
    Cordialement.

  4. 70 % des français seraient prêts à payer pour un service de qualité. Mais sommes nous surs que les centres d’appels offshore seraient incapables de fournir ce service ?
    Ce qui si ce n’était pas le cas et qu’il y ait des centres d’appels capables de rivaliser avec leur confrères français, rendrait caduque cet argument pour relocaliser les centres d’appels en France.

  5. Cher Manuel,

    J’ai vu ce reportage édifiant, hier soir, depuis la Belgique…Je suis totalement d’accord avec toi sur le fond. Rien ne bouge, rien n’avance…mais au moins on crée des commissions… Advienne que pourra!

Laisser un commentaire