« On est ouverts pour éviter de fermer », sacrés libraires !

Le 17 novembre 2020 par Magazine En-Contact

Par une curieuse et sympathique ironie de l’histoire, ce sont des libraires qui ont décidé de sonner le tocsin en France, à Cannes, à Lille ou à Paris. En refusant de fermer leurs commerces, les gérants et fondateurs des librairies Autour du Livre (à Cannes), de Tschann ou de Falado (à Paris), de Place Ronde (à Lille) ont dégainé l’arme de destruction massive de la connerie : l’humour et la liberté de mouvement.

« Le débat, comme l’indique Yannick Poirier, le propriétaire de Tschann, n’est pas de savoir ce qu’est un commerce qui vend des produits essentiels, c’est de comprendre que, si les commerçants ferment alors qu’aucune donnée ou étude sérieuse n’a pris la peine de comparer les dégâts causés par ce confinement ridicule et ce que nous allons parvenir à préserver, on marche sur la tête. Les policiers m’ont déjà verbalisé deux fois. J’ai signé pour ces amendes dont je n’ai d’ailleurs pas encore reçu la copie. Le conseil de défense, où se prendraient des décisions essentielles et réfléchies, pour préserver soi-disant notre santé ? Pfuuit. Le Conseil de défense, c’est nous qui le finançons. Or, au gouvernement, ils sont 300 et nous sommes 60 millions. »
Même son de cloche et de fronde dans la petite librairie Falado dans le 14ème arrondissement de Paris, qui vend des partitions et n’a jamais fermé, même pendant le premier confinement. « J’ai mis des paquets de pâtes et des boites de sardines en vitrine. Je vends donc des choses essentielles. Ils peuvent bien me mettre des amendes, je ne les payerai pas ; je n’ai plus d’argent. Leur truc, c’est Ubu Roi. Parce qu’en fait, si on ouvre, c’est pour ne pas fermer », complète André Siboni, son propriétaire.
Aux USA, un ancien libraire en ligne, qui a su grandir et soigner l’expérience client est devenu une sorte de maitre du monde. On n’a rien vu venir mais, ce coup-ci, on va se réveiller. Car il reste, de Carmaux à La Ricamarie, des esprits et commerçants frondeurs et peu disposés à mourir en silence. Et, à lire, quantité d’auteurs qui ont célébré l’esprit de résistance, la force de l’amour, la détermination des humbles. Luis Sepulveda, Jean Rouaud, Docteur Justice dans Pif Gadget ou Jankélévitch… « Je ressens l’obligation de prolonger en moi les souffrances qui m’ont été épargnées » disait le philosophe. Les très nombreux salariés qui bénéficient du chômage partiel (nous n’avons pas inventé Amazon mais, en 1958, l’Assurance chômage, soyons fiers ) peuvent et doivent abandonner un temps Linkedin ou le pour moi tout va bien pour s’associer à ces pacifiques insurrections.
Sacrés libraires qui nous montrez l’exemple. Vous vendez, bien emballé, un cocktail de drogues dont il faut devenir, à certains moments de l’histoire, sérieusement addict : le bon sens, associé à la joie de mener des combats essentiels. Merci Fabienne, Yannick, André, Florence. Servir des clients, des repas, à quelque chose, c’est mieux que servir.

Par Manuel Jacquinet

La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire