Le bon bureau pour télétravailler ?

Publié le 31 mai 2021 par Magazine En-Contact
Le bon bureau pour télétravailler ?

Ils équipent Doctolib, avec des bureaux ou leur logiciel de CRM omnicanal. Qui sont-ils ? 

Episode 1: Slean, le bureau adapté au home office.

Avec Slean, c’en est fini des six semaines d’attente pour un meuble de mauvaise qualité, des deux heures consacrées à le monter et des réunions Zoom depuis le canapé du salon nous dit la publicité ! La start-up française propose un bureau « traçable et garanti à vie », qu’il promet design, ergonomique et modulable ; promesse tenue ?

Le mardi cinq avril 2021, la rédaction d’En-Contact accueille un nouveau stagiaire, grand. Sa première mission : tester et assembler Slean, le bureau design pensé pour les télétravailleurs en manque d’espace (131x70 ou 120x60), y travailler, rédiger ! 26 avril, rédaction de la rubrique Fact Checking et le titre est tout trouvé : Comment je me suis niqué le dos avec un bureau français pensé par des designers de petite taille. Naaaaaan, je plaisante : première promesse… un temps d’installation de dix minutes ? Tenue, on n’est pas chez Ikea ! Modularité et capacité à trouver sa place dans tous types d’espaces, même les plus exigus ? La promesse numéro 2, tenue ! Le plan amovible est une savante idée, d’autant que le bois robuste dont il est constitué supporte bien le poids des piles de documents qui s’entassent dessus. Ce que l’on n’a pas pu tester, par manque de moyens, est la supposée résistance à l’humidité, aux chocs, aux produits chimiques et à une température de 180 degrés, mais on a envie d’y croire. Toutefois, deux légers reproches empêchent l’impétrant de se voir attribuer un 16/20, la note qui aurait permis au candidat Slean un passage en classe préparatoire : les deux vis en plastique qui relient la planche aux trépieds ont vécu le temps d’un déjeuner au soleil. Le fauteuil, solide et noir, fait penser à une Mercedes, mais pour sa rigidité de suspension. Et donc, on a joint le président, Martin Sauer, d’autant qu’à ces deux petits griefs s’en ajoutait un et plus significatif : le prix, sapristi ! 749 euros TTC. Pour le burelier français moyen (employé de bureau selon Thérèse), il faut reconnaître que c’est un budget considérable… 

Les réponses de Martin Sauer, fondateur de Slean :

« 10% de nos clients se plaignent en effet d’un mal de dos sur cette chaise. Dans ces cas-là, on échange la chaise par un de nos autres modèles. En ce qui concerne les vis, ça permettait d’éviter de rayer la tôle, mais on a trouvé une alternative en nylon. On vous en renvoie deux sur le champ ! »

Nous voilà rassurés et pour le prix Martin ?

« Les consommateurs ont été habitués aux prix d’équipements produits en Asie et au fast furniture suédois : des matériaux bas de gamme, qui mettront six semaines à arriver et nécessitent deux heures à se monter. Nous, on livre et installe du beau mobilier, français et garanti à vie en 24 heures. C’est le choix de la qualité et du service et effectivement, ça a un coût. » Message intégré, d’autant que l’ancien de Manutan sait de quoi il parle. Après une quinzaine d’année à œuvrer à la digitalisation du site de vente de mobilier en B2B, Martin a ressenti le besoin de lancer une nouvelle offre, plus éthique et transparente : « J’étais frustré de ne pas maîtriser toute la chaîne de production, alors j’ai eu l’idée de lancer, comme Teddy Bear pour la literie, un modèle plus direct. Le mobilier de bureau c’est un marché que je connais bien, et sur lequel il y avait un vrai manque, selon moi. De plus, je pensais que sans intermédiaire, un nouvel acteur pourrait proposer un bien meilleur rapport qualité-prix. La crise nous a ensuite poussé à repenser notre offre. »

A cette qualité de produit, Slean a désiré ajouter la prise en compte de l’ergonomie (l’entreprise s’est associée à un ostéopathe pour concevoir ses produits) et une qualité de service, qu’on a également pu vérifier en contactant le service client et en se faisant passer pour de potentiels acheteurs. Bandi, l’un des conseillers, prend alors le temps de nous expliquer tout ce qu’il convient de savoir sur les pratiques à adopter chez soi et sur les valeurs de l’entreprise tout en nous proposant un tarif de groupe. En constatant le dévouement du jeune homme, on pressent que chez Slean, les conseillers sont considérés comme de vrais collaborateurs : « Nous recherchons des collaborateurs pour lesquels le projet a du sens. Il faut donc qu’ils soient intéressés par la dimension environnementale, essentielle à nos yeux, mais aussi par les façons de repenser le travail et de mieux accompagner les collaborateurs. », confirme Martin. Doctolib ne s’y est pas trompé et est devenu un des grands clients professionnels de Slean : « Les entreprises soucieuses du bien-être du collaborateur ont deux possibilités, on l’a constaté : rembourser une partie du mobilier de télétravail acquis par le salarié en toute autonomie ou s’appuyer sur notre offre tout-en-un : un meuble français, de qualité, livré chez vous. On constate souvent que la première option ne fonctionne pas si bien ». Slean invente le meuble pour bien travailler en mode Saas.

Par la rédaction d'En-Contact

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant
×