« Je dis ça, je dis rien » et 200 autres expression in-sup-por-tables !

Le 13 juin 2013 par Magazine En-Contact

par Adèle Bréau, édition Tut-Tut, 223 pages

Ah, que n’utilise-t-on pas au quotidien toute une série d’expression que l’on sait pertinemment surfaites, totalement incorrectes, inutilement anglicisées, vides de sens, risibles. Mais le Français doit marquer sa position sociale, hiérarchique, par son registre de langage, pour « faire genre ». Et Dieu sait combien de ces expressions venues en fait de l’univers professionnel, viennent polluer nos conversations privées. Parce que c’est le « N+1 » qui dit comme ça. D’ailleurs pourquoi ne pas dire simplement « supérieur hiérarchique » ? Parce que c’est l’expression « qui va bien » – un poncif des agences marketing, en l’occurrence. Ou parce que ce sont les « conversations » digitales qui débordent sur le langage « réel » – pourquoi ainsi répondre « Re » pour dire « rebonjour » ?

223 pages qui se lisent en 2 heures, mais vers lesquelles on reviendra avec plaisir pour se moquer de ses collègues en copil pendant la conf’call, en jurant qu’on ne s’y fera plus reprendre soi-même. Ou pas. Zut, la deadline pour mon article est asap, chui charette. Cdt.

« le païpe » = « le pipe »

Comme dans…

« On a plein de projets dans le pipe ! »

Selon une traduction littérale, comme souvent, de « pipe », ou « tuyau », avoir des « projets dans le pipe » signifie qu’on est en pleine activité et que les projets signés s’accumulent. Pour les traiter, on les place alors virtuellement dans un gros tuyau avant de les travailler successivement (ou pas), puis de les éjecter dudit gros tuyau, afin de faire de la place pour de nouveau beaux projets qui s’entasseront docilement dans le claustrophobique tuyau. Où sont passés les tuyaux, les tuyaux, les tuyaux ? Mais où est passée la grande échelle…

« merci de »

Comme dans…

« Merci de me faire un débrief de la réunion de cet après-midi. »

Alors que l’utilisateur du « merci de » pense atténuer le côté autoritaire de sa demande grâce à l’intervention du mot « merci », c’est plutôt le contraire sui se produit. Toujours énoncé par un N+x, le « merci de », comme lancé à l’adresse d’un subalterne, revêt un caractère quasi despotique fort désagréable lorsqu’on est le fameux N-y. A tous, merci de demander simplement les choses, et de clore notre demande par un simple « merci ».

« process »

Comme dans…

« Peux-tu nous décrire le process d’inscription à la plate-forme ? »

Le process est un des best-of de l’année. Sorte de « marche à suivre » ou « méthode », le « process » décrira précisément les différentes étapes nécessaires à l’aboutissement d’une inscription, donc, d’un projet, d’une « best practice », ou à la fabrication d’un quelconque objet. Question infernale pour quiconque a abouti à un résultat un peu par hasard, ou en ayant pompé sur un collègue. « Mmmhhh le process comment vous expliquer ? Rhooo bah pas vraiment de process en fait… ».

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire