Hind Aboud : la richesse, c’est de réaliser ses rêves

Le 4 mai 2017 par Magazine En-Contact

Hind Aboud, DIRECTRICE D’ACTIVITES SENIOR CCA International – © Edouard Jacquinet

Elle a eu l’idée et l’envie de travailler dans les centres d’appels en regardant, chaque matin, passer un bus : celui qui emmène depuis des années, depuis Casablanca et ses banlieues, les employés chez Phone assistance, l’un des premiers centres d’appels historiquement implantés et créés au Maroc.

Sans qu’elle sache vraiment pourquoi, la jeune femme sait, sent que ce métier de communication, qui offre l’opportunité de rentrer en contact tous les jours, des centaines de fois par jour, avec la France et ses habitants, est ce qu’elle veut faire. Mais à sa façon : bac S en poche, elle ne part pas en France ou à la faculté, c’est via le Cned qu’elle suit ses cours pour obtenir son BTS. Et voilà notre Hind, enchaînant les grandes maisons du secteur (Acticall, Sitel) avant de rejoindre CCA International à Casablanca.

« J’ai tout appris, presque tout fait, de ce qu’on peut faire chez des outsourcers », indique la trentenaire qui a apprécié dans chacune des sociétés des cultures bien distinctes : « Acticall était une grande famille où une véritable culture d’entreprise irrigue les centres et les sites, chez Sitel, j’ai appris le sens de la performance et à quel point on peut toujours mettre la barre plus haut ».

La maman de deux enfants a fait un break à la mort de son père, parce que pour la première fois dans sa carrière menée tambour battant, elle a senti le besoin de s’arrêter et de consacrer du temps exclusivement à ses enfants. Mais le virus est revenu.

Riche de tous ses parcours, de toutes ces rencontres, Hind l’est et l’avoue : elle vient de rejoindre, en tant que patronne de Business Unit, les équipes animées par Mohamed Slimani, DG de CCA Maroc, désireuse de gravir les autres marches : « J’ai bien plus appris, obtenu que ce que j’aurais jamais imaginé » indique-t-elle, perchée sur ses talons fins, presque business woman d’une comédie américaine.

Que les derniers qui se pincent le nez lorsqu’on évoque les métiers des centres d’appels et encore plus ceux localisés de l’autre côté de la méditerranée, rencontrent et passent quelques minutes avec Mme Hind Aboud : ils sauront à quel point on peut se sentir fortunés… d’avoir réalisé ses rêves et d’avoir… encore envie.

Fortune : les deux salaires réunis de Hind et de son mari permettent de vivre confortablement à Casa, selon la dame, d’avoir son véhicule et d’être bien logée.

Catégorie : executive woman des centres d’appels

Retrouvez d’autres Femmes de talent.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire