Les escroqueries de la SFAM. Qui savait ?

Le 25 juin 2019 par Magazine En-Contact

Version actualisée du 27 juin 2019.

La condamnation de la SFAM à régler, par le biais d’une transaction pénale, la somme de 10 millions d’euros pour ses pratiques illégales de prélèvement automatique et d’adhésion à ses services signe-t-elle la fin de l’histoire ou n’est-elle que l’arbre qui cache la forêt ? (Voir l’article du Parisien.)

Sadri Fegaier – © DR

Ardian, la CDC, etc., et leurs conseils ont-ils été roulés dans la farine ?

Comment une entreprise qui a accueilli à son capital en moins de deux ans, les plus prestigieux et sérieux des grands fonds d’investissement français (Ardian, la CDC, le fonds d’Abu Dhabi, via Mubadala), au point de faire de son jeune président Sadri Fegaier un des membres du club des milliardaires français a-t-elle pu, lors des phases de due diligence, juridiques et fiscales qui précèdent ces investissements, déjouer toutes les précautions et demandes d’informations ? Il aura fallu que des milliers de plaignants saisissent la DDPP (Direction de la Protection de la Population) de la Drôme où est basée l’entreprise pour que la mécanique astucieuse soit dévoilée et que le Parquet de Paris soit saisi. Et pourtant…

Le prélèvement SEPA, la martingale

En 2017 déjà, des internautes qui ont commandé sur CDiscount ou des clients de la Fnac se retrouvent assurés, à l’insu de leur plein gré a-t-on envie de dire, et titulaires d’une assurance affinitaire de leur téléphone mobile ou d’une tablette. La mécanique est bien rodée : le RIB du client est récupéré et enregistré lors de l’acquisition du téléphone par exemple. Le prélèvement SEPA se met en place, grâce notamment à une récente disposition règlementaire européenne (elle permet de prélever un client sans son accord explicite, ce dernier pouvant ensuite s’opposer au prélèvement, dans un délai défini). Ne reste alors qu’à mettre en place un système contraignant de demande de remboursement effectif pour le nouvel assuré qui découvre son compte bancaire régulièrement prélevé.

© DR

 

La mécanique, astucieuse, prend alors une dimension industrielle, au point que la SFAM, pour ne pas être limitée dans sa croissance et son développement, croit pouvoir s’attacher l’un de ses canaux d’acquisition majeurs, la FNAC*. Et multiplie les rachats de centres d’appels, l’un des bataillons essentiels pour assurer l’acquisition et la rétention des clients. A Roanne, à Romans-sur-Isère, les décideurs locaux ne prêtent pas trop l’oreille lorsque quelques sceptiques rapportent les réclamations de clients qui envahissent les forums. (* L’enseigne de distribution précisément au sein de laquelle chaque jour, des milliers de vendeurs opèrent une déballe parfaitement huilée de l’argumentaire SFAM et améliorent ainsi leur ordinaire, grâce aux commissions perçues sur les ventes.)

Le perspicace Jacques Veyrat

Début 2018, grâce à l’arrivée d’Ardian dans son capital, Sadri Fegaier encaisse une grosse somme de liquidités et devient le 2ème actionnaire de la FNAC. C’est un coup de tonnerre dans le capitalisme français : de nombreux médias s’intéressent alors à l’entrepreneur, ex propriétaire de boutiques de téléphonie, issu d’un milieu modeste. L’impétueux Sadri désirera plus tard en devenir un administrateur, ainsi qu’une de ses conseils, l’ancienne ministre Nicole Guedj, qui a été à la manœuvre sur quelques dossiers juridiques au côté de Sadri. Mais un certain Jacques Veyrat, devenu entre-temps président du conseil d’administration de la Fnac s’y oppose, de façon discrète mais ferme. Les manières du Rastignac de province ne sont-elles pas compatibles avec celles du microcosme parisien ? Ou bien a-t-on déjà découvert, au sein de l’enseigne, que les méthodes de ventes et d’acquisition de clients sont « limite » ?

Le jumping de Valence – © DR

 

Qu’à cela ne tienne, le véloce cavalier qu’est le PDG de la SFAM est déjà sur une autre planète. Dans les jumpings qu’il organise et sponsorise à Valence et désormais à Grimaud, on rencontre du beau monde, on s’attache des formes de silence. Encore plus lorsqu’on devient sponsor du PSG et que les millions rentrés dans les caisses vous permettent de soigner votre communication et d’éloigner les importuns : Havas, Rumeur Publique, Wellcom sont ou ont été les prestataires de la SFAM pour ses relations presse.
Son entreprise, aux activités élargies, prend à bail de prestigieux locaux entre le Trocadéro et l’Etoile, pour une nouvelle aventure qui s’appellera Hubside. « Dis, tu crois qu’on pourrait la leur refaire à la one again, en leur demandant leur RIB mais pour faire des sites web, ce coup-ci ? » A suivre… De temps à autre, des entrepreneurs brillants ont besoin que des limites leur soient rappelées et leur deuxième vie professionnelle alors est un long fleuve tranquille. Xavier Niel n’a-t-il pas raconté que la conversation qu’il eut avec le jupe Van Ruymbeke lui est restée en mémoire.
« Le 25 juin 2004, le juge Van Ruymbeke signe une ordonnance de mise de liberté et de placement sous contrôle judiciaire. Il y a de l’estime entre les deux hommes. Xavier Niel en témoigne. « Je n’ai jamais oublié ce qu’il m’a dit : « vous gagnez beaucoup d’argent, vous êtes brillant mais vous avez franchi la ligne jaune… Essayez de rouler juste dessus, vous irez aussi vite, et on ne pourra rien vous reprocher », raconte-t-il dans un portrait-entretien paru dans le Canard Enchainé, le 29 décembre 2010. » Extrait de « Xavier Niel, l’homme free » de Gilles Sengès – page 84

Le Parquet de Paris, plus perspicace que les auditeurs et les avocats

« En moins d’un an, le Parquet de Paris a donc mis à jour et découvert ce que des dizaines de grands spécialistes du droit et de l’audit n’ont pas vu ou voulu voir, sourit un expert de l’assurance affinitaire. PWC, Ernst/Young, de prestigieux cabinets anglo-saxons ont eu entre leurs mains, les chiffres et les bilans de ce courtier et les contrats. Il y a d’autres assureurs affinitaires pour connaitre les ratios d’activité dans ce métier. C’est troublant. »

L’assureur qui voulait votre RIB et devint milliardaire, une enquête passionnante à découvrir prochainement dans En-Contact. (Le sous-titre : la SFAM, qui savait ?)

Par Manuel Jacquinet
et la rédaction d’En-Contact

Voir notre dernier article sur ce sujet, ici.

 

 

 

La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

8 réponses à “Les escroqueries de la SFAM. Qui savait ?”

  1. moi j’ai perdu mon boulot a la fnac a cause de la pression que nous subissions pour vendre ces assurances 18 ans d’ancienneté… et fini

  2. je vous invite à vous intéresser à son business foriou, des cartes fidélité pas très clean non plus

  3. Le plus dramatique dans tout ça est que 10 millions sur un chiffre d’affaire de 240 millions… C’est limite négligeable en terme de pénalité… Et ça n’empêchera pas cette entreprise ou via d’autres ramifications douteuse de la faire a la « one again »

  4. Je comprends mieux comment il a pu se payer un Falcon 7X, basé sur l’aéroport de Valence…

  5. Tous les entrepreneurs savent que le succès de leur business repose sur leurs épaules. Challenge, stress, responsabilité, c’est leur habilité à gérer et à diriger qui va conduire leur entreprise au succès félicitations a mr fegaier

Laisser un commentaire