Claude Briqué : le Monsieur Claude d’ADM Value

Le 19 juin 2019 par Magazine En-Contact

L’homme qui valait des millions* est né dans les Vosges, à Dinozé, précisément. Il s’occupe de mises en relation, sérieuses et profitables.

C’est l’histoire d’un grand voyageur, lecteur de biographies et travailleur : 6 jours sur 7, vous risquez fort de le trouver à son bureau, nomade. L’homme y répond à ses e-mails, décortique derrière les chiffres de production ce qui cloche ou traduit une bonne performance. Qu’il ne manquera pas de relever. Qui est le Citizen Kane de ce N°110 ? Un homme qui n’aimera pas qu’on communique la valorisation de son entreprise. Son équipe, patiemment montée, est tout. Il l’a construite avec des briques.

Claude Briqué – © Edouard Jacquinet

Phonepermanence, période franchise : De Dinozé à la rue Emmanuel Chauvière, Paris 15

Ralph Hababou, Mme X, Patrick Robin et
Philippe Bloch – © DR

Retour sur une histoire mouvementée donc, qui débute dans les Vosges. Son père y est agent d’assurances. Le jeune homme monte assez vite à Paris, dès après les années baccalauréat : « J’avais entamé une classe préparatoire aux écoles commerciales et comme j’ai réussi un concours dès la fin de 1ère année, je n’ai pas tenté le diable ». CB découvre donc les bancs de l’ISC et surtout le métier du sondage, des enquêtes et le téléphone, via la junior entreprise de l’école. Tiens tiens, comme d’autres : les fondateurs d’Acticall-Sitel ont également débuté ainsi durant leur scolarité à Sup de Co Nice. Bernard Caiazzo a pour sa part créé la 1ère junior entreprise de France, du temps qu’il était à l’ESSEC : Junior Essec.
Il gravite assez vite autour de la bande talentueuse qui développe Phone Marketing System, créée par B. Caiazzo et Jean-Pierre Scotti. On sourira en se rappelant qu’il y eut à l’époque des franchises pour ce nouveau métier des centres d’appels. Mais l’homme n’est pas fait pour travailler pour d’autres : le passage à la junior entreprise lui a permis de découvrir ce qu’on appelle désormais une start-up : une entreprise, c’est un compte d’exploitation, avec sur la page de gauche des recettes et, à droite, des dépenses. Le lien entre les deux s’appelle : des clients. Et ça, Monsieur Claude sait faire et en trouver. N’a-t-il pas débuté, au sein de la junior entreprise avec une mission très formatrice, de celles qui vous apprend à soigner vos argumentaires : la collecte de taxe d’apprentissage pour l’école ? Il ne reste plus qu’à développer la scale-up, ce qu’il parvient vite à réaliser : de 1985 à la fin des années 1990, Phonepermanence, qu’il développe en franchise, connait une croissance importante. On trouve d’ailleurs, dans un des numéros du magazine Entreprendre, les coordonnées d’un Monsieur Briqué, 3 rue Emmanuel Chauvière, Paris 15. Téléphone pour plus de renseignements : 01 40 60 04 95 !
L’entreprise est cédée alors un bon prix, à Atos, qui a à l’époque des velléités d’élargir ses activités au marketing relationnel. En moins de temps qu’il n’en faut, la rentabilité et les clients s’évaporent. CB rachète à son cessionnaire l’entreprise qu’il leur a vendue. Moins cher. Dans les Vosges, on sait compter, dans le bon sens. « Dans les livres de management dont tout le monde parle et se glose, ou dans les théories qu’on t’enseigne à l’école, tout n’est pas bon à prendre, voire pas grand-chose. Par exemple, on te dit qu’au début de sa vie, une entreprise doit beaucoup communiquer et consacrer ensuite moins de ressources à ces dépenses marketing. Mais d’où vient l’argent au début ? », indique, en rigolant, le sage CB.

En 1978, sur sa Suzuki 125. Un faux air de Matt Dillon ? – © DR

CB comme Claude Briqué

La suite, plus récente, est moins complexe à retranscrire, puisqu’on en trouve des traces sur le site de l’entreprise et que les clients de celle-ci, ainsi que de nombreux salariés sont encore là pour l’évoquer. Elle s’écrit comme une succession de conquêtes
commerciales et de coups gagnants, comme celui de l’offshore, un choix presque radical puisque tous les sites de l’entreprise ont, à partir de 2001, été créés en zone francophone… ailleurs qu’en France : Rabat, Oujda, Antananarive, Diego Suarez.
Télévente, service client, modération digitale ou BPO, le spectre élargi des activités proposées par tous les grands acteurs du métier se retrouve au catalogue de la discrète ADM Value, véritable ETi du secteur : 60 millions de chiffre d’affaires en 2018, « ce qui correspond à presque trois fois cette somme », indique le boss. « En offshore, l’heure de travail est facturée presque 3 fois moins cher qu’en France, ce qui signifie qu’on gère un volume d’affaires et de contacts équivalant à des groupes qui feraient presque 200 millions de CA en France. » Au-delà des chiffres, qui feront soit rêver les acteurs du mid-market soit sourire les mastodontes du secteur, qui parlent en milliards désormais, la raison de cette très bonne santé interpelle. Un des fondateurs d’un très grand acteur du secteur, désormais valorisé en milliards, la lui a posée d’ailleurs, un jour, dans un salon grands voyageurs d’aéroport où ils se sont retrouvés : « Comment fais-tu Claude ? Tu salaries 5 fois moins de cadres que nous, nous dépensons des sommes folles en études et en marketing, autant de choses que tu ne pratiques pas et ta croissance sur un marché francophone très compliqué ne connait pas d’années sans ?? » La réponse s’obtient et s’entend au Murat, un restaurant où il donne nombre de ses rendez-vous, lorsqu’il est à Paris, peu de temps chaque mois. « Tant qu’il y aura des gros, des grands acteurs, il y aura de la place pour les plus réactifs, plus disponibles, restés très proches des opérations. Je travaille 6 jours sur 7, j’apprécie le travail bien fait. Je demande la même chose à mes équipes, ce que d’autres dénomment l’engagement et je crois que je dispose d’une équipe de très bons directeurs de site, fidèles. J’ai cru très vite aux vertus de l’offshore, y ai pris des risques dont certains ont fini par payer. J’ai été par exemple le premier à croire, avec Vivetic à l’époque, à Madagascar. Avec notre nouvelle installation à Diego Suarez, depuis 2015, nous sommes partis nous installer au Nord de l’ile, en faisant le pari de la création à venir à l’époque d’un aéroport. Du coup, lorsque les clients et marques françaises se sont toutes converties à Madagascar, après avoir pour certaines longtemps réfléchi, nous étions déjà installés, prêts. »
ADM Value emploie sur place plus de 2000 personnes et collaborateurs, ce qui en fait le plus gros employeur de l’ile dans la filière BPO/centre d’appels. Les années 2000 auront donc, avec cette méthode peaufinée et apprise sur l’établi dans les années 1980-1990, définitivement installé l’entrepreneur.

Wilfried Perez, Fréderique Authouart, Claude Briqué et Yann Lebreton – © Edouard Jacquinet

Mr Claude et la fidélité

Le portefeuille clients de l’entreprise s’est ainsi étoffé chaque année de références de plus en plus diverses, avec une fidèle corrélation à l’effectif des cadres de l’entreprise : aux commandes du site de Rabat, Wilfried Perez pourra bientôt mettre à son cou une médaille du travail comme sa voisine à la tête de l’un des autres sites que compte la capitale marocaine : Frédérique Authouart. A Tana, après des « aventures » sur une ile voisine, Gérald Bouillaud s’occupe du porte-avions malgache, veillant au décollage des sites, tels des avions de chasse. Chaque nouveau client signé peut signifier nécessités nouvelles de formation après le recrutement.
Contrairement en effet à une célèbre Madame Claude, Mr Briqué a compris tout le bénéfice de la fidélité mais il connait également la nature humaine. Depuis très longtemps, l’entrepreneur est fidèle à Vocalcom, à ses équipes, à l’offshore, au métier qui l’a rendu riche et aux voyages qu’il apprécie de faire entre tous ces pays. Le Sénégal sera sa prochaine terre d’aventure. Un des grands acteurs de l’énergie vient de lui confier de nouvelles prestations, qui nécessitent un nouveau site, encore.
De tous ces voyages, Monsieur Claude se fiche bien : il adore lire, des biographies notamment. A-t-il lu celle qu’écrivit en 1975, Fernande Grudet (Mme Claude, de son vrai nom) et qui avait pour titre : Allo oui ? Toute ressemblance avec des personnages existant serait…



Ce que ses partenaires disent de lui :

« Comme beaucoup dans le métier, j’ai entendu parler de Claude Briqué, souvent, avant que de le rencontrer. Il trainait à l’époque autour du personnage quelques rumeurs, du quand-dira-t’on. Peut-être parce que son succès, qui s’est vite confirmé, est aussi incontestable que sa faible propension à prendre la parole. »

Témoignages :

Xavier Caïtucoli – © Edouard Jacquinet

Xavier Caïtucoli, fondateur de Total Direct Energie, président de Total Power & Gas Europe.
« ADM Value est un partenaire historique de Total Direct Energie. Il a accompagné la croissance spectaculaire de l’entreprise depuis le début des années 2010. Mes premières rencontres avec Claude sont associées à l’ambiance festive propre aux soirées Élu Service Client de l’Année, auxquelles j’ai toujours tenu à participer avec toutes les équipes de nos partenaires, pour les remercier de la qualité du service qu’ils rendent à nos clients. Je me souviens d’une soirée mémorable à Rabat, où les conseillers du Service Client Professionnel Direct Energie (à l’époque) nous avaient préparé un show exceptionnel à l’occasion du premier grand changement d’identité de la marque, en décembre 2012. J’avais été très touché par l’énergie et la créativité des équipes d’ADM, qui nous ont toujours merveilleusement accueillis. »
« Claude a construit une entreprise qui lui ressemble : très professionnelle, sincère, fidèle et attachante. Les collaborateurs d’ADM qui s’occupent de Direct Energie sont quasiment les mêmes depuis près de 10 ans, et leur fidélité est évidemment liée à la personnalité de Claude. Nos liens se sont encore resserrés en 2016 lorsque Claude a rejoint l’aventure du sponsoring sportif à nos côtés. Je me souviens du jour J : c’était lors de la première venue de Claude sur le Tour de France, lors d’un contre-la-montre à Sallanches. Nous avions passé une journée formidable, et dès le soir même, je n’avais aucun doute sur l’envie de Claude de devenir partenaire du Team Direct Energie. Son engagement à nos côtés, derrière l’équipe, raconte aussi qui il est : un bel entrepreneur qui sait décider rapidement, un chef d’entreprise qui sait prendre des risques, et surtout un homme qui sait laisser parler sa générosité. C’est pour toutes ces raisons qu’il est devenu bien plus qu’un partenaire business : Claude Briqué est un ami. »

Jean-René Bernaudeau – © DR

Jean-René Bernaudeau, manager général du Team Total Direct Energie
« J’ai rencontré Claude Briqué sur le Tour de France, où il était invité par Direct Energie, dont il est un partenaire historique. Le courant est passé tout de suite, car Claude est un homme chaleureux et convivial. Rien ne l’obligeait à devenir partenaire de l’équipe, et j’ai été frappé par son enthousiasme. C’est tout une histoire de valeurs communes : l’exigence, l’inventivité, la convivialité, l’humilité. Nous avons eu la chance de rencontrer régulièrement les équipes d’ADM Value, notamment lors des dernières éditions du Tour du Maroc, où les conseillers se déplacent en masse pour encourager les coureurs, et où nous pouvons vraiment percevoir l’état d’esprit rare que Claude a insufflé dans son entreprise. Pour la petite histoire, le jour de la victoire d’étape de l’équipe sur le Tour 2017, c’étaient des collaborateurs d’ADM qui étaient nos invités… et dès le surlendemain, Claude nous rejoignait pour fêter l’événement ! Je dis souvent que mon aventure et ma longévité dans le sport de haut niveau ne seraient rien sans les belles rencontres que j’ai pu faire : croiser la route de Claude et devenir son ami est une des grandes chances que j’ai eues dans l’aventure avec Total Direct Energie. »

*Selon les calculs de certains fonds d’investissement, elle approcherait la centaine de millions, au regard de sa rentabilité.

Par Manuel Jacquinet

Retrouvez tous les Citizen Kane de la Call Center Industry.

La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire