Exclusivité : Burger King fait nettoyer ses restaurants par un entrepreneur coutumier du dépôt de bilan…

Le 11 octobre 2017 par Magazine En-Contact

… Et il va continuer de le faire, pour ne pas être hors la loi.

Thierry Carnazza, gérant de la société Albiance, a mis sous les feux de l’actualité, semaine passée, un de ses clients qui s’en serait bien passé : Burger King a en effet été impliqué dans une affaire de travailleurs sans papiers, délégués par son partenaire en nettoyage, dans ses enseignes parisiennes.

Le dirigeant de l’entreprise concernée, niçois d’origine, a déjà mis en liquidation judiciaire plus de 4 sociétés parmi les nombreuses qu’il dirige et dont la majorité opèrent dans le même secteur : Albiance (qui sortait d’un redressement judiciaire), Plas Net, Edialis et Elysia consulting. Il y a 4 ans déjà, des salariés d’Edialis, à la base navale de Toulon, s’étaient retrouvés dans une situation difficile. [ voir : Base navale – Les salariés d’Edialis dans l’impasse ] Quelles sont les procédures et dispositions que prennent les grands groupes tel que le groupe Bertrand qui exploite l’enseigne Burger King et de nombreuses autres en France, pour s’assurer de la pérennité et du sérieux de leurs fournisseurs ?
Contacté par nos soins, Xavier Rouland, le responsable des achats du groupe, n’a pas retourné nos appels, ni Thierry Carnazza. Selon nos sources, celui-ci aurait également travaillé pour Mc Donald’s et va continuer de nettoyer avec ses équipes les enseignes de son client.

En effet, « Il n’est pas possible de mettre un terme à un contrat de prestations dans ce cas » nous indique le directeur général de Burger King, Jérôme Tafani : « Casser le contrat nous mettrait dans une situation délicate d’un point de vue juridique. »

Five Guys utilise le mystery shopping de façon systématique | © Edouard Jacquinet

La propreté, pain point numéro 1 de l’expérience client dans les gares [voir : « La propreté & le confort en gares sont les deux grands items sur lesquels j’ai sonné la mobilisation générale. » ], ressentie comme un facteur clé dans les études de satisfaction est donc un challenge quotidien, tout comme la difficile mission de sélection de bons prestataires.

En juin, notre magazine éditait le premier classement de l’expérience Burger (BestCX.fr). La personnalisation du burger, la viande, la fluidité du paiement en caisse, on savait tout cela compliqué. Il faut désormais surveiller que la dame pipi a des papiers en règle, que les agents d’entretien sont effectivement payés et déclarés. « Je propose le travail au noir pour tout le monde », nous dit en souriant, « le partenaire » d’un grand groupe américain de technologie qui travaille en plein Paris, sans même avoir de contrat de travail depuis 8 ans (il réalise pour leur compte des travaux sur internet, envoie chaque mois sa facture de prestation et est réglé par virement sur un compte étranger).

La rédaction d’En-Contact

Pour aller plus loin : Le capitalisme, parfois c’est compliqué. Mieux vaut en rire !
– Voir notre billet d’humeur Merci Patron, le film qui ne sera pas diffusé sur TF1, ni M6 d’ailleurs. On s’en fout, merci François !

– Ou les belles histoires : Plus belle la vie dans les centres d’appels

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire