The French Connection

Le 3 janvier 2016 par Magazine En-Contact

Édito N°89 / 

couv_the-french-connectionIls n’ont pas attendu d’avoir l’autorisation, ni que leur soit délivré un visa. Dans la nouvelle économie, les visas, ce sont les bons résultats financiers qui les attribuent, et les autorisations, les autorités de contrôle et au quotidien… les clients : la confiance renouvelée de ces derniers, c’est bien le meilleur passeport. Sûrs de leur instinct, de la qualité de leurs équipes et de la motivation de celles-ci, ils sont partis à l’assaut de l’Europe, voire du monde, pour aller titiller les Américains, sur leur marché domestique, le premier au monde. « Ils », vous l’avez deviné, c’est la paire Duha-Jousset et le trio Camino-De Lacoste-Uberti, lesquels ont transformé leurs petites entreprises de centres d’appels en groupes plus ou moins diversifiés, autour des problématiques de relation et d’expérience client (respectivement Webhelp et Acticall).
Ce faisant, ils partent aussi chatouiller Teleperformance, le leader mondial, un français, dont l’aventure, 20 ans plus tôt, les a peut-être inspirés.

C’est parce que ces formidables opérations, par leur taille et leur ambition sont survenues la même année que nous avons, avec un clin d’œil, « convoqué » le cinéma pour qualifier ces deals en couverture de notre magazine. Acheter un concurrent sept fois plus gros que soi, voilà le genre de chiquenaude qui n’aurait pas déplu à Lino (Ventura). Et se faire ouvrir une autorisation de caisse de 1 milliard (c’est du moins la valorisation de leur société), pour sûr, Gueule d’amour (Jean Gabin) aurait apprécié.

Bien nés ou pas, mais souvent passés par les meilleures écoles de la République, puis par les cabinets de conseil ou l’on apprend à pondre du slide, les compères ne font pas dans les produits illicites comme les héros de la French connection. Eux ont simplement compris que les connexions, c’était la richesse de demain, que le Brown Sugar c’est la qualité de la relation, et que dans l’économie digitale, nous serons tous tour à tour fournisseurs et clients : livrer vite, nouer de bonnes relations, vendre sur tous les continents nécessite de bien se comprendre… et de résoudre les problèmes, sur tous les appareils (« appareil » : mot qui signifie la même chose que device mais en… français). En clair, les centres d’appels et de BPO, sont des usines incontournables, aussi indispensables à quantité de secteurs que les usines chinoises pour les produits manufacturés.

Interpellés par ces succès, et le talent ne se cantonnant pas à la capitale, on voit émerger en Isère, en Loire Atlantique des ambitions légitimes. iAdvize, l’ex-petite société qui proposait du tchat aura passé cette année le cap des 100 salariés, levé plus de 14 millions d’euros, tandis qu’en Isère, le jeune espoir Orthodidacte a tout simplement eu la très bonne idée de s’attaquer à un mal endémique : les fautes d’orthographe – car ça ne le fait pas du tout, votre commande de chnouf, lorsqu’elle est mal libellée, ça peut même augurer de relations tendues…La start-up iséroise (Zeugmo, éditeur d’une plate forme d’apprentissage en ligne de l’orthographe) aura conquis cette année, et sur le seul buzz positif que génèrent ses premiers clients, pas moins que 40 % du top ten français.
La liste ne s’arrête pas là : d’autres éditeurs comme Akio, Diabolocom, Vocalcom ont mis le cap sur l’Europe, voire le monde, pour relayer leur croissance.
Parmi les outsourceurs, la société spécialisés dans le service aux marques de luxe Approche sur Mesure poursuit son expansion internationale avec l’ouverture d’un site à Londres lui permettant d’assurer un service mondial 24h/24.

Les Gafa n’ont qu’à bien se tenir : la relation client, c’est avant tout la capacité à engager la conversation et l’art de la discussion, du beau langage, du flirt… que je sache, c’est français. Célébrons donc 2015, cette année où quelques champions français de la relation client ont fait une Razzia sur la chnouf. Désormais soutenue par quelques vieux briscards (KKR ou Creadev) aux poches profondes, entourée d’embarcations agiles et qui pourraient la rendre plus efficace encore, elle arrive… You’d better watch out : la French Connection is on the move !

Manuel Jacquinet,
Édito rédigé en décembre 2015

NB : Planqué à Miami, le parrain de la filière est resté jusque là silencieux mais DJ (Daniel Julien) a connu déjà le gros temps et les tentatives d’invasion. Je parie que sur son écran géant, il a terriblement envie de produire la suite américaine de Razzia sur la chnouf : Touchez pas au Grisbi.
Nous, ça nous va bien, on va se contenter de faire les critiques des films en évitant de se prendre une balle perdue.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire