Spirous et fantaisies à Bobino pour l’Élection du Service Client de l’Année 2015

Le 23 October 2014 par Magazine En-Contact

Ambiance_exterieure_3La cérémonie des médailles du marathon de l’Élection du Service Client de l’Année a attiré près de 700 personnes jeudi 16 décembre, dans l’écrin, nouveau pour cette manifestation, du théâtre Bobino. Signe parmi d’autres que cet événement prend de l’ampleur… voire trop ?

Ce qu’il y a de bien avec l’Élection du Service Client de l’Année, c’est que c’est chaque année la même chose, mais aussi chaque année différent. Tout d’abord, ce n’est (presque) jamais au même endroit. On croyait que l’Élection avait pris ses aises à la salle Wagram, sauf une exception au Showcase, et elle a migré vers le Pavillon Cambon Capucines. Un an après, elle déposait ses tapis rouge au théâtre Bobino. Avec ce nouvel écrin, dans le quartier de la gare Montparnasse, c’était la première fois que l’événement sortait du « triangle d’or » parisien. Les hôtes n’ont pas été désorientés pour autant, qui sont venus encore plus nombreux que les années précédentes : près de 700 ont fait le déplacement, certaines délégations comme celle de Cofidis affrétant exprès un minibus pour faire venir leurs équipes.

Car le mot d’ordre général, c’était bien de partager sa victoire avec ses équipes. On l’a surtout remarqué avec celles de vente-privee.com ou de Speedy. En ce qui concerne le multirécipiendaire de la vente à distance, pour une fois, Jacques-Antoine Granjon a laissé sa Bentley au garage, et laissé les lumières du podium à Guillaume Pasquerau, formateur au service relation-membres – Ludovic Nodier, créateur de l’événement, en avait l’air presque déçu, mais nous y avons nous vu un signe fort et positif. Les équipes de Speedy, elles, se sont faites remarquer pour leur manifestation très… vocales, et témoignant d’un goût prononcé pour le comique de répétition.

Ce qu’on n’a pas dit au sujet de Guillaume Pasquereau, et qui pourtant ne manque pas d’intérêt pour la Laureats_ESCDA_2015_1profession, c’est qu’avant de rejoindre vente-privee, il travaillait pour le prestataire de la marque, Comearth. Un beau parcours donc, concrétisé avec la bénédiction de Jean Régnier, PDG-fondateur de l’outsourceur. Plus généralement, et si les équipes ont été particulièrement mises en avant – un grand nombre de PDG ayant fait le déplacement mais laissé leurs collaborateurs récupérer les prix – on regrettera encore une fois que les prestataires n’ont été plus souvent cités dans les discours des vainqueurs. Certains nous ont fait valoir une « interdiction » qui aurait été imposée par l’organisateur, ce que Ludovic Nodier nie complètement. Toujours est-il que quatre lauréats – sur 29 – ont eu l’amabilité de mentionner leurs partenaires – Autoescape pour b2s, Hop ! pour Bluelink, Marionnaud pour Armatis, Direct Energie pour ADM Value, Webhelp, et b2s.

On pourrait penser d’ailleurs que 29 lauréats, même regroupés en 5  « paquets » de 6, et sans compter les 4 catégories sans lauréats, cela commence à faire beaucoup (calibrée à la minute près, la cérémonie a quand même duré une heure et demie). Surtout quand Ludovic Nodier nous dit que « tant que les catégories sont compréhensibles, on pourrait faire 100 prix avec 1000 participants ».
Les animations de cette remise des prix, et cette ambiance assez unique qui permet de faire du « networking » dans la bonne humeur jusqu’à tard dans la nuit valent pourtant le détour. On est accueilli par des échassiers en costume de groom, à la Spirou, on est amusé par un (très bon) comique, en l’occurrence Stéphane Croce, et on est diverti par des danseuses très sexy qui accèdent au podium en traversant la foule – ça, c’était la surprise de l’année. Au final, comme Pierre Croce dans son Bescherelle de la relation client digitale, comme on est content à la fin, on donnera à l’Élection du Service Client de l’Année une note positive… mais inférieure à trois ! (<3)

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Leave a Reply