Rachel Haot, Harper Reed  – deux américains qui révolutionnent la relation-usagers et le télémarketing de campagne

Le 6 décembre 2012 par Magazine En-Contact

Rachel Haot

Comment l’évacuation de 375 000 personnes – et leur retour dans une ville dévastée – n’a-t-il pas provoqué une saturation complète des centres d’appels des services d’urgence ? Pendant l’ouragan Sandy, Rachel Haot était partout : c’est bien simple, les New Yorkais l’ont plus vue et entendue que son propre patron, le maire de New York Michael Bloomberg. Armée de ses deux smartphones, de sa webcam, de sa tablette et de son laptop, elle n’aura cessé de disséminer la bonne parole, non seulement sur les télés et sur les radios, mais aussi minute par minute sur Facebook, sur Twitter, sur les sites de cartographie participative, sur le site officiel de la ville nyc.gov, qu’elle a totalement refondé. Et surtout de donner une dimension sociale à cette information, géolocalisée, relayée, retwittée, approfondie, confirmée, infirmée par tous les New Yorkais. Si les centres d’appels n’ont pas explosé, c’est d’abord parce que l’information et l’entraide se sont organisés au niveau des nouveaux médias. Rachel Haot, la Chief Digital Officer du maire de New York est jeune, diplômée, brillante, et ce qui ne gâche rien, plutôt jolie, au point d’avoir eu droit aux pages de Vogue. Elle, et des centaines d’autres web-entrepreneurs prometteurs sont en train de faire de la grosse pomme un concurrent très sérieux à la Sillicon Valley, en termes de pouvoir d’attraction de ce type de talents.

 

A moins que Chicago ne vienne aussi la concurrencer. C’est là que sévissent des entrepreneurs tels que Harper Reed, « king of the nerds », végétarien hirsute aux T-Shirts tous plus fashionable les uns que les autres. Avec son équipe issue du fief historique de Barack Obama, c’est lui qui a révolutionné le télémarketing politique en développant, entre autres, une application 100% hébergée permettant à tout militant d’avoir accès depuis son domicile aux coordonnées de « cibles » identifiées, dataminées, pour les convaincre par téléphone. Les argumentaires, les fiches d’appels étaient toutes remplies et partagées en ligne, et la campagne de phoning organisée en concertation permanente avec les pairs reliés dans un réseau social ad hoc. Même s’il s’en défend, c’est un peu (beaucoup) grâce à lui et à ce type d’initiatives que le président sortant a été réélu.

Nos lecteurs trouveront son interview et une analyse exclusive de ses outils dans le numéro 71 d’En Contact.

Harper Reed, « king of the nerds »
Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire