ODiTY, l’entreprise  inspirée

Le 18 avril 2017 par Magazine En-Contact

En novembre 2011, Benoît Vorilhon crée ODiTY avec 7 PC, 2 développeurs web et 5 téléconseillers à Madagascar. A l’époque, aucun des grands acteurs de l’outsourcing ne croit suffisamment au potentiel de l’île pour s’y installer.

Le RER pour vous rendre à Rueil, ou l’avion pour aller au Cap ou à Madagascar, voilà tout ce qu’il vous faudra peut-être pour rencontrer l’un de vos nouveaux partenaires en matière d’expérience client – multilingue et multicanale (outsourcing et développement d’applications innovantes). Une entreprise mondiale à taille humaine, la promesse est en effet claire pour les équipes d’ODiTY qui ont jusque-là réalisé un sans-faute dans l’exécution du programme qu’ils s’étaient donné : devenir le partenaire de marques internationales qui désirent améliorer leur expérience client (physique ou digitale). 

Les premiers albums

Créée en novembre 2011 par Benoît Vorilhon et Dominique Boscq, l’entreprise française a mis résolument le cap sur la croissance : après un lancement réussi à Antananarivo, le rachat d’un des acteurs historiques français de la relation client, Actel, avait déjà permis un déploiement de l’activité en France. En décembre 2016, c’est l’acquisition de 118 Contact au Cap, en Afrique du Sud, qui permet à l’entreprise de franchir une nouvelle étape : celle du marché anglophone, qu’elle est désormais en capacité de servir. Selon Benoît Vorilhon, cette acquisition a apporté « une expertise locale reconnue, une belle base de clients, une expertise prouvée dans les métiers de la distribution », autant dire une nouvelle opportunité de développement basée sur la formule qui a fait jusqu’alors le succès de l’entreprise, le « Smart Cost ». Voilà donc ODiTY désormais implantée dans tous les endroits « qui comptent » du petit monde de la relation client : expérience malgache, service premium français et multilingue en Afrique du Sud, une des nouvelles places montantes. L’enjeu derrière cette croissance ? Offrir des services toujours plus nombreux, respectueux de la promesse de base : outsourcing de l’Expérience Client, proximité avec les clients et briques technologiques, avec notamment une CX Platform lancée fin 2016.

Equipe expérimentée et levée de fonds à venir, la fusée ODiTY a mis le cap sur Mars

Ils sont nombreux à avoir eu la même idée (proposer un one stop shopping de l’expérience client), un peu moins à avoir mis en place les éléments nécessaires pour faire décoller la « fusée » de l’Expérience Client. Ex-ingénieur, fin connaisseur du monde des télécoms et de l’outsourcing, le fondateur d’ODiTY a écouté les albums de David Bowie : il sait que les plus grands ont nécessité la contribution de grands guitaristes (Mick Ronson par exemple), de très grands producteurs (Niles Rodgers), de batteurs (Omar Hakim) des side men sans lesquels l’inspiration de départ n’est rien. A Rueil, au Cap ou à Antananarivo c’est un savant mix de compétences éprouvées et de jeunes talents que Benoît Vorilhon a assemblé. Passée par Sciences Po, Bocconi, Orsay, etc. une jeune équipe s’appuie sur des anciens de l’outsourcing qui apportent le savoir-faire métier. Béatrice Thiers, Directrice de l’Innovation et de l’Expérience Client est passée par CapGemini et côtoie par exemple Michel Valero, Directeur Général France et Madagascar, Igor Gonedec, Directeur de site à Madagascar ou Christophe Guezou et ses quinze années d’expérience dans l’édition de softwares. Voilà pour le lanceur de la fusée, qui a déjà convaincu des clients tels que Dropbox, Steinhoff Group (l’entreprise qui avait été sur les rangs en face de la FNAC pour racheter Darty), Renault ou Mercedes-Benz. Dans le cadre des élections présidentielles, FAP a fait développer une application qui permet notamment à des colleurs d’affiches de leur faciliter le travail : ils sont informés des panneaux les plus proches grâce à la géolocalisation, le suivi de leur travail étant lui-même « tracé » et facilité.

L’agilité et l’exécution réussie jusqu’à ce jour ont tapé dans l’œil de quelques fonds d’investissement. Avec bientôt 10 millions d’euros de revenus, des acquisitions d’entreprises de technologies déjà dans les tuyaux, des grandes marques internationales comme clients et une capacité à opérer du BPO multilingue, l’entreprise apparaît désormais dans les écrans radars. Lors de notre dernier rendez-vous, Benoît Vorilhon n’était pas au Cap mais à Paris où les négociations vont bon train avec un éditeur de logiciels et des fonds pour financer la croissance exponentielle d’ODiTY : qui sera choisi par l’amateur de David Bowie pour produire la nouvelle série d’albums ?

 

 

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire