Naxicap Partners attaque en justice En-Contact, le magazine spécialisé qui s’intéresse (trop ?) au dossier BVA 

Publié le 09 décembre 2020 par Magazine En-Contact
Naxicap Partners attaque en justice En-Contact, le magazine spécialisé qui s’intéresse (trop ?) au dossier BVA 
Depuis 20 ans, En-Contact s’intéresse au service client, aux centres d’appels et à l’expérience client.

Plutôt que de répondre point par point aux aspects factuels qui sont relatés dans différents médias, sur les difficultés que rencontre le groupe BVA, Naxicap Partners a décidé d’attaquer, pour diffamation, notre magazine et l’article qui y a été publié, qui décrivait les négociations qui se sont tenues cet été, entre Naxicap, l’équipe de management et le fonds Alcentra. L’article est à lire ici.

Il est d’usage et possible, quand on s’estime diffamé ou qu’on désire apporter son point de vue contradictoire, de demander soit un droit de réponse à la publication qui publie des articles, soit d’apporter au journaliste qui vous sollicite, en amont, des informations factuelles lui permettant de rédiger un article documenté. Aucune de ces options n’a été retenue par BVA, Gérard Lopez son président du directoire ou Naxicap.  “Naxicap Partners et BVA, ont choisi, depuis le début de cette affaire, de conserver le silence et de ne jamais répondre à nos demandes d’interviews, déclare l’auteur de l’article, Manuel Jacquinet. C’est leur choix. Qu’ils aient le vif désir de raconter l’histoire d’une gentille entreprise qui se bat contre le vilain fonds d’investissement méchant alors qu’eux sont attachés à conserver les emplois est contredit par les faits et les documents, malheureusement. L’écrire serait donc interdit ?”

Le site d’information suivant, créé par leur « adversaire » dans le dossier de reprise, est riche de données pour qui désirera, avant ou après l’audience du 14 décembre, se faire son avis sur les pratiques des différentes parties.

Par la rédaction d’En-Contact

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant