Monsieur Njamfa

Le 19 février 2020 par Magazine En-Contact

Après dix-neuf ans d’intense travail, il a réussi son coup : développer et vendre, à un grand acteur canadien des logiciels (Enghouse Systems) l’entreprise qu’il a créée et promue, portée comme un enfant. Compte-rendu de l’audition d’Olivier Njamfa, après une descente de la Befti (encore un éditeur qui passe sous pavillon étranger, voilà qui inquiète et provoque des enquêtes.). Eptica, le spécialiste de l’e-mail, rachetée voici quelques mois, avait considérablement élargi ses activités mais cette exit, comme disent les anglo-saxons, frappe surtout par sa pertinence et le sens tactique du fondateur qui l’a provoquée. Quel peut-être l’avenir d’un éditeur français, certes installé dans plusieurs pays, certes assez efficace et utile pour s’être largement infiltré dans des secteurs aussi bagarrés que la banque et le secteur public, rentré dans le Magic Quadrant, mais de taille modeste en face des Salesforce, Twilio, Zendesk, Genesys, qui atomisent le marché avec leur marketing intense et les niveaux de salaires parfois indécents proposés à leurs équipes de Sales ? J’ai croisé souvent ONJA depuis vingt ans, l’ai toujours vu concilier précision et politesse, urbanité, sens du détail et fine compréhension des enjeux. J’ai douté parfois qu’il réussisse ce hold-up légal qui fait rêver les entrepreneurs…

Pour poursuivre la lecture de cet article, abonnez-vous dès maintenant !

Je suis déjà abonné (je crée mon compte et/ou je me connecte)
La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire