La Lamborghini El Diabolocom n’est toujours pas rentrée dans le décor, loin de là

Le 2 septembre 2019 par Magazine En-Contact

Younited Credit vient d’équiper son centre de contacts multi canal avec la plateforme Diabolocom, tout comme l’un des leaders européens du recouvrement de créances. 850 licences. Et Bam !
Dans la soute, Inès Bonnafont est l’un des ingénieurs d’essai de l’écurie, en charge d’une mission ancienne, aussi délicate que le changement de pneus pendant la course : to hire the best.

Inès Bonnafont – © Emil Hernon

En-Contact : Les postes à pourvoir chez Diabolocom ?
Inès Bonnafont : Nous enregistrons une forte croissance, depuis ces cinq dernières années, qui nous amène à recruter de nombreuses personnes au sein de nos différents services. Nous recherchons aujourd’hui notamment des profils techniques (chef de projet & avant-vente, chef de produit, ingénieur systèmes et réseaux, DevOps) et commerciaux (Sales Executive et Account Manager). Ces postes sont ouverts en France mais également à l’international, au sein de nos filiales (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, et bientôt Italie).

Un an après votre arrivée et découverte de ce secteur, qu’est-ce qui vous étonne et surprend ?
En quatorze ans, Diabolocom est devenue une référence dans le secteur de la relation client.
Empreinte d’une culture start-up, la société rend possible un travail en pleine autonomie, chaque employé pouvant être force de proposition et participer ainsi pleinement au développement de l’entreprise. Cette vision managériale facilite un contexte de travail bénéfique aux évolutions de chacun. Il règne également un fort esprit d’équipe dans l’entreprise, renforcé par différents événements internes : « afterworks » mensuels, dîner de Noël, ou encore deux fois par an, après le « work hard », des séjours « team building » réunissant toutes les équipes dans des lieux « play hard » (Ibiza, Méribel…). Tous ces éléments soulignent l’importance de la cohésion des équipes et du bien-être au travail, points clefs pour tout un chacun aujourd’hui.
Ce sont tous ces éléments qui ont favorisé ma pleine intégration au sein de l’entreprise, ainsi que ma compréhension des enjeux d’une Talent Acquisition Manager. J’ai notamment découvert que dans le secteur de la tech, ce poste est ô combien stratégique puisqu’il s’agit de trouver des profils rares qui sont clefs pour le développement de Diabolocom : depuis mon arrivée en octobre 2018, plus de 17 personnes ont été recrutées, dont 11 femmes, nous rapprochant ainsi de la parité !

On parle souvent désormais de culture d’entreprise, quelle est celle de Diabolocom, en vrai ? 🙂
Il en existe une, très forte, et c’est même un des points qui m’a le plus marquée lors de mon arrivée. Venant d’un domaine très différent (celui de l’édition), il m’a fallu comprendre le secteur ainsi que les différents métiers : cette assimilation a été largement simplifiée par le « teamwork » régnant chez Diabolocom. Cette forte communication entre et avec les équipes permet une belle collaboration. Qui se ressent également auprès de nos clients : par le biais d’une communication transparente, d’une disponibilité sans faille, je crois que nous développons une réelle « intimité client ». Enfin, travaillant tous avec la méthode Agile, nous sommes en mesure d’être extrêmement flexibles et d’anticiper les évolutions du marché.

 

Par la rédaction d’En-Contact

En savoir plus sur Diabolocom, ici.



La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire