J’ai fait réparer mon lave-vaisselle : le dépanneur était un ancien demandeur d’emploi, formé par Murfy

Publié le 01 mars 2021 par Magazine En-Contact
J’ai fait réparer mon lave-vaisselle : le dépanneur était un ancien demandeur d’emploi, formé par Murfy

Murfy pour qui et pourquoi ?

Guy Pezaku, cofondateur et CEO de Murfy
Guy Pezaku, cofondateur et CEO de Murfy – © DR

Guy Pezaku, cofondateur et CEO de Murfy : « Aujourd’hui, les consommateurs considèrent qu’il est plus intéressant d’aller extraire de la matière en Afrique, qui sera ensuite envoyée en Asie pour que des appareils soient produits puis transportée en Europe et livrée par deux personnes, plutôt que de faire venir un technicien qui habite à 10 minutes de chez soi. Notre conviction est qu’il n’y a pas assez d’investissements qui sont faits dans le monde de la réparation. Grâce à la confiance de nos investisseurs, nous prouvons qu’il est cependant encore possible de changer les choses et de faire en sorte que la réparation, solution la plus logique, devienne celle favorisée par les Français. »

Réparer plutôt que de jeter pour racheter du neuf : la nouvelle donne

Murfy est la première start-up à proposer un service de réparation de gros électroménager pour les particuliers, efficace et transparent avec pour ambition de diminuer radicalement le volume de déchets électroménagers. Pour inciter les Français à réparer plutôt que de racheter du neuf, Murfy propose trois solutions aux consommateurs : l’autoréparation via des tutoriels gratuits sur son site, l’intervention à domicile en moins de 48h d’un technicien professionnel pour un forfait fixe de 75 E (déplacements et main d’œuvre compris), l’achat d’un appareil reconditionné par Murfy dans ses ateliers si l’ancien n’est vraiment pas réparable ou si la réparation s’avère trop chère (le forfait de 75 E se transforme en avoir).

Un service en forte croissance : une activité multipliée par 3 en 2020

Grâce à ce positionnement unique, l’entreprise affiche de très bons résultats avec plus de 35 000 réparations à son actif, dont 25 000 réalisées en 2020. En 2019, Murfy avait réalisé 1,5ME de Chiffre d’Affaires et attendra les 3,5ME sur l’année en cours, et ce, malgré la suspension du service pendant le confinement.

Accélérer la conquête du marché français se déployer en Europe et créer des emplois locaux

Après avoir lancé son service dans la zone test de Paris et la petite couronne, Murfy a depuis étendu son service d’intervention dans une dizaine de métropoles hexagonales, agglomérations comprises et couvre 50 % des foyers français. Son service devrait être disponible à 75% des français avant la fin 2021.

La start-up a fait le choix de recruter en CDI pour internaliser son savoir-faire et son savoir-être, à contrecourant de l’ubérisation

En 2 ans, une centaine de salariés ont rejoint Murfy et 20 postes minimum sont encore à pourvoir d’ici fin 2020. En 2021, Murfy continue ses embauches avec pour ambition de faire passer son réseau de techniciens 50 à 250 personnes, et ainsi d’accompagner son extension territoriale. Elle ouvrira 10 nouveaux ateliers de reconditionnement d’ici le printemps 2021.
Murfy, s’est parallèlement lancé début 2020 dans le reconditionnement en ouvrant un premier atelier en région parisienne. Ainsi, lorsque la réparation n’est pas possible ou trop chère, Murfy est capable de proposer à ses clients un appareil reconditionné par ses soins. Cette offre de vente de produits reconditionnés a déjà permis de donner une seconde vie à 1 300 appareils, revendus sur son site MurfyShop.

En savoir +

Un modèle vertueux que la start-up ambitionne d’étendre à d’autres territoires où son service est présent Au total, une dizaine d’ateliers devraient ainsi ouvrir d’ici fin 2021 à commencer par Lyon et Lille. Moins d’un an après son premier tour de table (2ME), Murfy a levé 8ME auprès d’Alter Equity et de ses actionnaires historiques dont Investir+. Réalisée auprès de deux fonds de référence en matière d’économie responsable, durable et solidaire, cette opération a été complétée par une autre levée, de presque 1ME, réalisée auprès de particuliers qui croient en son modèle. C’est la plateforme qui a permis d’effectuer cette levée.

Par la rédaction d’En-Contact

A lire aussi

Profitez d'un accès illimité au magazine En-contact pour moins de 3 € par semaine.
Abonnez-vous maintenant
×