François Ruffin (député et fondateur de Fakir) interpellé à l’Assemblée Nationale sur les centres d’appels, notamment ceux d’Engie.

Le 13 septembre 2017 par Magazine En-Contact

Les centres d’appels, leur économie et la localisation des services clients sont un véritable serpent de mer qui agite régulièrement la sphère politique. Le député de la France Insoumise, François Ruffin, a été sensibilisé ces derniers jours, on peut même dire interpellé, sur cette question. En effet, Engie mais aussi Canal plus ou SFR sont quelques-uns des groupes, côtés en bourse, qui ont choisi de faire gérer leur services clients par des prestataires, en offshore.
Ce que les syndicats de ces mêmes sociétés critiquent, dénoncent, en évoquant parfois des plans sociaux qui ne diraient pas leur nom. Ou en arguant d’une moindre qualité effective en cas de sous-traitance, dans des pays à faible coût de main d’œuvre. Un sujet complexe auquel notre magazine a choisi, dans son numéro d’Octobre de consacrer une enquête :  « Qu’est-ce qu’un centre d’appels par Toutatis ? »
20 après leur explosion, leur utilisation dans tous les domaines de la société civile ou marchande, les call center véhiculent encore quantité d’images d’Epinal.

Une constante cependant : régulièrement, des hommes politiques de tout bord décident de s’emparer du sujet, multiplient les annonces sur la localisation souhaitée de ces plateformes téléphoniques, en France. Messieurs Devedjian, Wauquiez, Montebourg, par exemple.
Ou bien encore des producteurs d’émission de télévision, telle Elise Lucet, qui s’est intéressée récemment au fonctionnement des centres d’appels de Free (voir le prochain Cash Investigation, fin septembre).
Le signataire de ces lignes, qui a rencontré ou travaillé avec quelques-uns de ces ministres sur ces questions, l’a précisé au journaliste de Fakir qui prépare également un article sur ce même thème : les centres d’appels, ça crée des emplois, pas toujours où l’on voudrait, pas forcément ceux qu’on désire pratiquer au terme de quatre ou cinq ans d’étude. Mais on y apprend des choses ainsi qu’un véritable métier, selon moi. That’s the way it is* (notamment l’anglais, souvent)
Et les ministres s’en préoccupent tous, mais avec un horizon pas forcément compatible avec le calendrier de l’économie réelle. C’est le sens du courrier de réponse que nous adressèrent, du temps qu’ils étaient ministre, Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, après que nous leur avions suggéré quelques mesures pour cette filière.

Par Manuel Jacquinet

*That’s the way it is : La chanson et le titre, archi connus, qui firent connaître Bruce Hornsby, pianiste, chanteur qui a notamment collaboré avec Grateful Dead.
 Un court extrait des paroles de la chanson :
« Some things never change, that’s the way it is (…) Get a job « .

Nb : nous tenons à disposition des dirigeants de Engie, de Canal Plus ou d’autres, le numéro de téléphone mobile de François Ruffin. Celui-ci, selon nos informations, a émis un appel au service client d’Engie, pour se rendre compte.

Retrouvez notre critique du film Merci Patron !
Et notre article « Qu’est-ce qu’un centre d’appels par Toutatis ? »

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Une réponse à “François Ruffin (député et fondateur de Fakir) interpellé à l’Assemblée Nationale sur les centres d’appels, notamment ceux d’Engie.”

Laisser un commentaire