Pour les boulangers, les patrons de centres d’appels, les entrepreneurs chrétiens etc..un seul mot d’ordre : faites nous CONFIANCE ! !

Le 30 avril 2020 par Magazine En-Contact

A la veille du 1er Mai, une fédération informelle d’entrepreneurs venus de tous les secteurs en appelle à plus d’autonomie et de confiance pour redresser l’économie en France.

Ils dirigent des centres d’appels, des entreprises de croissance, des boulangeries, ils sont entrepreneurs chrétiens, commissaires priseurs etc.. plus d’une quinzaine d’associations et de fédérations professionnelles, issues de tous les secteurs de l’économie,  ont signé ce jour, sous la houlette d’Ethic et de CroissancePlus, un appel vibrant à destination de l’Etat pour que soient mieux pris en compte l’économie réelle et ceux qui y contribuent. Tous estiment que la 2ème crise à venir, aussi grave que celle d’ordre sanitaire, est celle qui concerne les entreprises. Sophie de Menthon (photo de une ), Patrick Dubreil (du SP2C ), Dominique Anract (confédération nationale de la boulangerie ), Thibault Bechetoille (CroissancePlus), Philippe Royer (EDC) sont quelques-uns des signataires de cette tribune  dans laquelle ils demandent à l’Etat de leur faire confiance. Nous dirigeons des PME, des TPE, avons l’habitude de nous adapter; nos collaborateurs et salariés ont démontré, depuis le début de la catastrophe *, qu’ils savaient s’impliquer, tel est le message explicite. Une sortie et un texte qui redonnent un peu d’air frais et d’espoir, après que le MEDEF s’est illustré par son obscurantisme et sa cécité : Geoffroy Roux de Bézieux a, lui, demandé à l’Etat d’alléger des contraintes liées à la prise en compte de l’écologie qui pèseraient un peu trop sur les entreprises, selon le syndicat des patrons. Frédéric Jousset, le co-fondateur de Webhelp, a dénoncé sur les réseaux sociaux, un Medef hors sujet. La fête du travail n’aura, demain 1er Mai, jamais aussi bien porté son nom. Pour relancer l’économie et unir le front des entreprises dans cette tâche, il y a .. du travail !

La rédaction d’En-Contact.

Photo de une : Iorgis Matyassy

*un qualificatif des évènements que préfère utiliser Boris Cyrulnik pour signifier qu’il ne faut pas redémarrer.. comme avant.

Qui est Sophie de Menthon ?

#Beautiful People//

L’amour du téléphone et la passion du service client ont fait leur gloire…ou leur richesse !
Avec des armes inoffensives qui s’intitulent passion, intuition, bagout et sens du risque, ils ont fait fortune ou sont devenus célèbres (au point pour nombre d’entre eux d’entamer une deuxième carrière, souvent aussi prestigieuse). Le point commun de leur réussite ? C’est en s’occupant des clients qu’ils ont gagné.
En effet, c’est le téléphone souvent ou le service du client qui les a propulsés sur le devant de la scène…car il y a eu une période où les jeunes ambitieux ne pensaient pas qu’en termes d’applications : ils en mettaient simplement à servir leur clients. Rapide recensement, non exhaustif, de quelques-uns de ces fous du téléphone ou du service client, qui mériteraient d’avoir un jour leur étoile sur le Walk of Fame du Customer Service.



Munie de sa licence d’anglais, d’un phrasé distingué et très rive gauche qu’elle a eu le courage de ne jamais abandonner, Sophie est à la fin des années 70 une jeune maman obligée de travailler. Qu’à cela ne tienne, les sondages et enquêtes téléphoniques recrutent via petites annonces et c’est ainsi, dans un immeuble parisien que SDM passe ses premiers coups de fil et démontre vite ses talents. Quelques années plus tard, la dame toujours bien mise a compris tout le potentiel d’un métier qui s’appelle désormais le marketing téléphonique et dont le champion français s’appelle déjà Teleperformance, en concurrence vive avec les Phone Marketing et consorts.

La fondatrice et dirigeante de Multilignes enchaine livres, interventions remarquées dans les salons professionnels, et formera des dizaines de cadres et jeunes qui s’en souviennent encore : on n’oublie pas facilement une patronne capable d’arriver avec son petit chien dans ses locaux situés dans le 7ème arrondissement, dédaignant ou regardant de loin la technologie. Elle est tellement convaincue que c’est la forme qui compte qu’elle théorisera son approche dans une série d’ouvrages, qu’on pourrait résumer d’une seule phrase : « high tech, high touch » !

Après le rachat de son groupe par Teleperformance, Sophie enchaine les métiers liés à la communication et aux médias, sa passion, sans abandonner ce qui a fait sa marque de fabrique : un subtil cocktail de convictions et de grande gueule, comme le titre de l’émission de RMC à laquelle elle a longtemps collaboré avant que l’une de ses saillies verbales ne la fasse déclarer persona non grata.
Elle aura eu parallèlement le temps de s’activer au sein du SMT (le syndicat du marketing téléphonique, ancêtre du SP2C), de créer un autre syndicat, dédié aux entreprises de croissance et à taille humaine (Ethic), de fonder SDME, sa société de conseil…sans jamais trop s’éloigner du Bon Marché ou de la rue Sèvres Babylone.
On peut l’y croiser le week-end, toujours active et soignée. Car pour cette grande dame du métier, la forme, c’est le fond, au téléphone ou dans la vie.
Nous sommes tous un peu des héritiers de SDM qui a tant désiré donner ses lettres de noblesse au télémarketing.

Fortune : inconnue, mais elle a toujours son chien.

Catégorie :
à l’aise.

Retrouvez les Citizen Kane & Beautiful People.

La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire