UTU, le Free de la détaxe touristique ?

Le 12 décembre 2019 par Magazine En-Contact

Après son lancement réussi en Italie, le spécialiste disruptif de la détaxe touristique UTU annonce son arrivée en France, marché stratégique, muni d’un argument massue : rembourser 85% de la TVA aux touristes contre 55% chez les concurrents. Global Blue et Planet ont-ils pris leurs clients pour des pigeons, jusque-là ? L’autorité de la concurrence s’interroge.

Eric Sallenave – © Emil Hernon

Eric Sallenave, le directeur général France d’UTU n’a pas tout à fait la même stature ni les mêmes cheveux que Xavier Niel mais il porte souvent une chemise blanche et parle cash. Rien d’anormal puisque le métier de ce spécialiste reconnu du marché de la détaxe touristique consiste précisément à rembourser la TVA aux touristes étrangers, par virement ou en espèces. Give me the cash.
Le marché mal connu du consommateur français, est pourtant doublement stratégique pour les acteurs du luxe et du commerce en France : il pèse plus d’un milliard dans notre pays, où de riches touristes ont plaisir à venir et dépenser en sacs Vuitton, souliers de luxe ou enceintes Devialet. A Paris ou à Nice, les Américains, Russes, Chinois peuvent dépenser jusqu’à 60 000 euros par an en moyenne en shopping et bonne nouvelle, la France est sur leur carnet de voyages, qui fait rêver avec son Mont-Saint-Michel, la Provence ou le Mont-Blanc. Le souci, qui risque bien de donner lieu à une sacrée empoignade, c’est précisément qu’il constitue une rente de situation pour ses deux acteurs de référence : Global Blue et Planet. Arrive un homme basané, à l’allure de joueur de cricket ou de polo, portant beau et bien décidé à ubériser le terrain de jeu. Asad Jumabhoy est un vétéran du remboursement, riche de 25 ans d’expérience dans le secteur et vite rejoint en 2015 par des geeks et des spécialistes du retail, il imagine de créer un nouvel acteur qui va proposer une expérience plus fluide et mieux disante pour ses clients. Créée et lancée tout d’abord à Singapour, la plateforme digitale de « rewards » a pour objectif de fournir aux acheteurs et aux touristes du monde entier des remboursements de TVA plus élevés et des avantages supérieurs à ceux qu’ils reçoivent actuellement dans le processus de remboursement de la détaxe, opaque et déséquilibré d’aujourd’hui.

Rembourser plus, être moins opaque

Rembourser plus, le pari et l’innovation d’UTU et de start-up.
UTU offre aux touristes et aux acheteurs du monde entier un montant de remboursement de 85% de la TVA, contre environ 55 à 60% perçus par les touristes aujourd’hui, quelque-soit l’opérateur de détaxe. « La plupart des acheteurs ne connaissent pas leurs droits ou n’ont même pas le choix du canal de remboursement de leur TVA », indique Eric Sallenave. « Le système aujourd’hui est complexe, basé sur des bordereaux papier et grèvé par des commissions importantes et le parcours client contraignant. En Italie, où UTU Direct a été lancé ces dernières semaines, l’offre d’UTU, il suffit d’apporter le bordereau de détaxe, quelque-soit son émetteur, aux comptoirs UTU qui sont situés dans les aéroports ou dans les centre-ville ou dans le lounge de Milan, que l’on peut localiser facilement grâce à l’application UTU Tax Free. Les touristes évitent ainsi les files d’attente dans les aéroport ou aux comptoirs des opérateurs de détaxe. Notre idée et le postulat de notre modèle, c’est que les grandes marques ont besoin de recréer du trafic dans leur magasins, de ré-engager leurs clients. Le différentiel de TVA que nous offrons aux touristes, comparativement à nos concurrents, est basée sur un système de Rewards que nous avons testé en Asie. Le touriste et l’acheteur perçoivent une partie de leur remboursement sous forme de bon d’achat. Rembourser plus et soigner l’expérience client notamment en la simplifiant sont les deux piliers de la disruption créée par notre offre ». Refundit ou Zapptax sont deux autres start-up qui ont décidé de s’attaquer à ce marché, signe évident que la manne du milliard d’euros qu’il génère en France intéresse, parallèlement aux frustrations réelles provoquées par son fonctionnement actuel.

Galeries Lafayette Champs-Elysée – © Emil Hernon

Y a-t-il des pigeons sur le marché, depuis longtemps ?

Mais il y a peut-être plus inquiétant. Depuis avril 2019, un nouvel acteur du remboursement est né, localisé dans les aéroports parisiens : après un appel d’offres concernant ce marché de la détaxe touristique, Paris Aéroport a désigné un nouveau prestataire unique pour gérer les opérations à Roissy et Orly, Cash Paris, qui y dispose de 8 bureaux, est une joint-venture associant Global Blue et Planet, les deux grands acteurs qui tiennent en partie le marché. L’autorité de la concurrence s’intéresse de près aux conditions dans lesquelles cet appel d’offres a été conclu et à l’exercice de ces activités. Comme l’indique un communiqué sibyllin publié sur son site, elle a diligenté en novembre des OVS* au sein des entreprises du marché du remboursement de TVA.

Comment fonctionne le marché de la détaxe touristique ?

Un voyageur étranger, non issu de la communauté européenne, peut se faire rembourser une partie significative de la TVA sur ses achats exportables, lorsqu’il quitte l’UE. Le remboursement peut se faire par virement CB, en cash dans certaines conditions, après qu’il a rempli un bordereau de détaxe lors de l’achat en boutique. En France, le marché dépasse le milliard d’euros et Paris et Nice sont les villes les plus concernées par ces opérations. « La France est la destination préférée des voyageurs à fort pouvoir d’achat, susceptibles de dépenser plus de 55 000 euros en shopping de luxe par an », indique Jacques Stern, PDG de Global Blue. Des opérateurs spécialisés dans la détaxe aident touristes et visiteurs à se faire rembourser de cette TVA, moyennant commissions. UTU arrive sur le marché européen muni d’un argument massue : rembourser à ses clients 85% de la TVA décaissée contre 55 à 60% en moyenne chez les acteurs leaders que sont Global Blue et Planet (dans laquelle Eurazeo est actionnaire).

A propos de UTU
Fondée en 2015 à Singapour, UTU a d’abord innové avec une plate-forme de « rewards » transfrontalière en Thaïlande. Certifiée PCI-DSS pour gérer les informations confidentielles des cartes de paiement et pour se connecter aux plateformes de paiement et de eWallett, UTU est le seul opérateur de détaxe certifié PCI en Europe et possède des filiales dans 8 pays. Le lancement en France est prévu sur le 1er semestre 2020.

Par la rédaction d’En-Contact

*OVS : opérations de vérification et de saisie.

 

 

La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

2 réponses à “UTU, le Free de la détaxe touristique ?”

  1. Bonjour Franck,

    UTU est en train d’ouvrir dans tous les pays européens, ainsi que dans les autres pays dans lesquels la détaxe touristique existe.

    Nous opérons déjà en Italie où nous offrons déjà différents services en B2B et B2C.

    Concernant la France, nous couvrirons bien sûr tout le territoire, y compris Monaco.

    Nos services vont bien au-delà de ce que le duo-pole actuel peut offrir aux marques du secteur du retail ainsi qu’à la clientèle internationale qui bénéficie de ces services (cashback, programmes de fidélité, bons d’achats, sans oublier UTU Direct et UTU Plus entre autres à venir).

  2. Y a-t-il plus d’informations sur la façon dont UTU peut offrir plus de remboursements que les autres sociétés qui exercent cette activité depuis longtemps? Seront-ils implantés dans tout Paris ou uniquement dans les aéroports?

Laisser un commentaire