« Le système Gueday » est bien rodé : beaucoup de promesses et jamais rien de formel !

Le 23 septembre 2015 par Magazine En-Contact

DSC_0306(Les révélations de Jihane Benslimane, ex-directrice de la formation de MG Call) 

De septembre 2014 à mai 2015, Jihane Benslimane a été un témoin-clef du projet MG Call, puisqu’elle fut « recrutée » par Mohammed Gueday pour concevoir et mettre en œuvre le plan de formation pour le compte de l’Institut de la Relation de Client (l’organisme de formation créé par Mohammed Gueday et qui a formé plus de cent salariés, au total, sur le site de Bastillac). Elle livre un témoignage éclairant sur le projet et le personnage-clef de ce « grand projet » annoncé : Mohammed Gueday.

Comment êtes-vous entrée en contact avec Mohammed Gueday, et pour quel projet ?
Mohammed Gueday avait fait passer sur différents sites web des annonces de recherche d’un prestataire expérimenté de formation. Il souhaitait collaborer avec une personne en charge de concevoir un plan de formation et d’en exécuter le bon déroulement. C’est mon métier depuis de nombreuses années, en France et au Maroc, et le dirigeant de cette entreprise m’a confirmé notre collaboration après que je lui ai proposé une réponse technique et tarifaire. Il m’a mise en situation et en compétition avec d’autres organismes de formation auprès desquels il avait demandé des offres similaires.

Quel devait être votre statut au départ ?
Je devais initialement être salariée. Mais comme la société n’avait pas encore été créé, a-t-il argué, je devais intervenir en tant que prestataire. C’est donc en tant que prestataire que j’ai collaboré avec lui, parfois dans des conditions particulières : on a dû par exemple, à un moment donné du projet, partager des chambres d’hôtel.

Pourquoi avez-vous cessé votre collaboration ?
Je l’ai cessée pour plusieurs raisons. D’abord, parce que mes prestations ont cessé d’être réglées – Mohammed Gueday me doit toujours plus de quatre mille euros – , et surtout parce que j’ai petit à petit acquis la conviction que l’absence de formalisme et le « système Gueday » était un système intentionnel pour ne jamais prendre d’engagement, et que tout ceci était un véritable château de sable.

C’est-à-dire ?
Dans le métier de la formation, et dans ma pratique, je suis quelqu’un de très formel et qui a besoin, notamment, de réponses précises, de calendriers etc… Avec Monsieur Gueday, il n’y a rien d’écrit. Jamais de contrat signé, mais un « système » qui lui permet de raconter à chacun de ses interlocuteurs une histoire différente en demandant à ceux-ci de garder les éléments confidentiels ! Ceci permet de cloisonner et de monter des châteaux de sable sans jamais rien de factuel. Je vais prendre un exemple précis : le plan de formation que j’ai monté initialement est conçu pour être réalisé en cinq jours ; il m’a demandé ensuite de le faire durer 140h, soit quatre fois plus, puis 280h ! Cela, je suppose, afin de pouvoir facturer des heures de formation supplémentaires à Pôle Emploi… (NDLR : dans ce genre de projet, les financeurs comme Pôle Emploi et AGEFOS rémunèrent l’heure-stagiaire effectuée).

Tout le projet MG Call a été monté avec comme seul « preuve » de la viabilité du projet un contrat significatif, signé avec un grand opérateur télécom, qui aurait sous-traité des prestations au centre d’appel. Avez-vous vu ce contrat ? L’a-t-il évoqué devant vous ?
Jamais. Au départ, il nous a parlé d’Orange, qui est ensuite devenu SFR… Je crois qu’il n’y en a jamais eu.

Au fur et à mesure de votre collaboration et des doutes qu’elle a engendrés, pourquoi n’avez-vous pas alerté les autorités locales ?
C’est ce que j’ai fait ! J’ai appelé, à plusieurs reprises, Pôle Emploi ainsi que nos interlocuteurs locaux en leur indiquant que beaucoup de choses ne me semblaient pas claires et que j’émettais de nombreux doutes sur la pérennité du projet. Personne n’a semblé s’inquiéter…

Quelle est votre situation aujourd’hui ?
C’est la même que quantité d’autres prestataires qui ont collaboré sur ce projet : Mohammed Gueday me doit le règlement de certaines prestations. Mais surtout je me retrouve dans une situation compliquée car sa demande initiale et le mode de collaboration ont impliqué deux choses : travailler de façon intensive pour lui, souvent le week-end, et collaborer de façon exclusive avec lui. C’est un système bien rôdé. Il vous sélectionne après des tests ou des mises-en-situation nombreuses et répétées, diffère ensuite sa réponse quant à la collaboration, et exige parallèlement que vous travailliez exclusivement sur projet, le tout en promettant toujours quantité d’évolutions significatives… On se retrouve ainsi engagés, mais sans rien de factuel. A ce moment-là, il vous tient… J’ai confié ce dossier à un avocat afin de faire valoir mes droits.

Propos recueillis par Manuel Jacquinet

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

4 réponses à “« Le système Gueday » est bien rodé : beaucoup de promesses et jamais rien de formel !”

  1. Elle est où la drh ? Qui l a couvert habité avec lui qui s est présentée avec sa famille au tribunal à sa place ? J espère que la police enquête sur son implication

  2. N importe qui dit j ai un contrat on le croit sur parole et on ouvre les vannes. Il a fait la meme chose a rambouillet

  3. C en est ou cette affaire on entend plus parler.
    Apprement il aurait montré a la drh une promesse de sfr. On verra. L avenir nous le dira

  4. Jihane est une excellente formatrice, d’une patience inouïe et a permis a bon nombre d’entre nous d’améliorer notre comportement. C’est graçe elle, à Mostafa Hafsi, Sandrine, Filipa, Emilie, Pascal, Mina, et à ce travail d’équipe que nous nous sommes rapprochés.
    Dommage de ne pas vous avoir revu assez tôt Jihane et Mostafa, mais si un jour vous lisez ceci : vous nous avez apporté votre experience du « bled » à nous, français en difficulté, alors un grand MERCI !!!!

Laisser un commentaire