Oscaro, en difficultés financières, condamné à régler un fournisseur

Le 1 juin 2018 par Magazine En-Contact

Pierre-Noel Luiggi, PDG Fondateur d’Oscaro – © Edouard Jacquinet

Souvent évoquées depuis deux ans, les difficultés du leader de la vente de pièces détachées pour l’automobile, Oscaro, ne peuvent plus être contestées désormais par la direction. L’entreprise a été condamnée la semaine passée au Tribunal de Commerce à régler un de ses fournisseurs importants, avec lequel un accord de règlement était convenu et que l’entreprise n’a pas respecté. Un séquestre aurait même été obtenu par les conseils de la société plaignante afin de garantir la bonne exécution des règlements.
Leader de la vente de pièces détachées (CA de 300 millions environ), l’entreprise dirigée et fondée par Pierre-Noel Luiggi a inventé un nouveau marché, sur lequel elle a désormais de sérieux concurrents tels Mister Auto, Piècesauto24.com, Yakarouler et a innové dans de nombreux domaines. Contrairement à d’autres acteurs, elle a par exemple conservé son centre de relation client en interne, en Ile-de-France, à Gennevilliers (Voir photo en une – © Edouard Jacquinet).
L’expérience client vécue par les clients de l’entreprise est souvent l’objet de commentaires assez virulents sur les forums, les retards de livraison et de remboursements étant l’objet de critiques récurrentes. ADM processing (groupe ADM VALUE), Diabolocom, Prosodie, sont quelques-uns des fournisseurs de l’entreprise, récents ou historiques.
Pierre-Noel Luiggi, entrepreneur corse impliqué également dans le football et le développement économique de son île natale, sollicité par notre rédaction, n’a pas désiré nous répondre. Il a par contre donné dans le passé de bons exemples de sa capacité de rebond en environnement hostile. Et si l’opération de cession ou d’ouverture du capital de l’entreprise, souvent évoquée, intervenait bientôt?
À Paris, un juge a considéré que le paiement des factures ne peut s’accomplir en pièces détachées et a contribué à remettre tout en haut de la to-do-list du tandem Luiggi-Xavier Chauchat (associé dans l’entreprise et directeur de la relation client), une nouvelle priorité : Yakapayer !

Prosodie tente de maitriser les subtilités du paiement DTMF
(Oscaro, suite)

Le paiement en ligne, après une conversation téléphonique et au terme d’un entretien de vente, nécessite parfois le subtil réglage de la procédure de paiement sécurisé, via DTMF. Derrière ce nom complexe : la possibilité de régler de façon sécurisé son achat en tapant sur les touches de son clavier téléphonique. Technique ancienne, elle nécessite parfois de subtils réglages que Prosodie cherche à perfectionner, chez son client Oscaro. Le nouvel opérateur télécom qui collabore depuis des mois avec l’entreprise en effet a dû s’appuyer, ces derniers temps, sur l’ancien prestataire en paiement : la proportion du nombre d’achats non concrétisés avec la technologie Prosodie avait considérablement augmenté. Give me the cash, encore.
Des fournisseurs concurrents obligés de collaborer, pour le bien de leurs clients, afin que celui-ci rentre le cash qui permettra les payer, c’est ce que Hegel appelait la ruse de l’histoire. C’était la séquence philo du jour, quelques jours avant les épreuves du bac.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire