« Nous n’avons plus convenance à maintenir notre relation commerciale » : l’enfer bancaire pour un entrepreneur s’appelle la clôture du compte

Le 7 avril 2016 par Magazine En-Contact

La Société Générale est la banque la plus con de la terre !

Un chef d’entreprise français, dont la banque a fermé tous les comptes professionnels, toujours positifs et sans raison ni explication, explique en 2 chapitres :
– Qu’une application (le graal désormais ), ça ne rend pas moins con..
– Pourquoi les grands banquiers doivent réécouter The Clash !

Chapitre 1 : La fermeture de mon compte pro

Le 25 Septembre 2015
Manuel JACQUINET, Créateur d'Expérience Client - The French Forum

Avant d’être éditeur du magazine En-Contact, Manuel Jacquinet est déjà… un entrepreneur, et à ce titre, client professionnel des banques – plus de la Société Générale, en tout cas, car cette banque vient de « mettre un terme à leur relation ». Sans ménagement.

Que reprochez-vous exactement à la Société Générale ?
Exactement la même chose qu’à la majorité des banques françaises : elles sont dirigées désormais par des algorithmes, dans des tours à la Défense, et dans leurs agences, des centaines de conseillers bancaires en sont réduits à des tâches d’enregistrement et de gratte-papiers. Même si sur leurs cartes de visite, des titres ronflants laissent penser que votre interlocuteur a du pouvoir : il n’en a aucun, et pire, pour ceux qui auraient du courage, celui de sortir un peu des process, il est vite mis au rencart. Comme je l’explique dans mon billet d’humeur, j’ai été successivement viré de deux grands établissements bancaires français en moins d’un an, le Crédit Mutuel et la Société Générale, qui ont toutes deux mis fin à nos « relations commerciales » alors que notre société n’est jamais à découvert, n’a contracté aucun emprunt auprès d’elles, et dispose d’un solde positif. Mon crime, c’est de refuser d’obtempérer à toutes leurs demandes, ou de simplement demander à ce que le service bancaire soit rendu. J’ai réclamé une carte bancaire pro au Crédit Mutuel pendant plusieurs semaines : pas de réponse. Jusqu’au jour où je me suis rendu à l’agence pour essayer de comprendre, après de nombreux courriels. Ce jour-là, je n’ai pas accepté que la dame au guichet me dise qu’il fallait prendre rendez-vous, je suis monté dans le bureau du directeur de l’agence. Un mois après, on clôturait tous mes comptes dans cette banque. A la Société Générale, on m’a demandé des justificatifs pour un virement de compte à compte, assez significatif (250 000 euros environ), correspondant au règlement de plusieurs factures. J’ai fourni une attestation de notre expert comptable, mais j’ai refusé de fournir les contrats commerciaux qui sont selon moi des documents confidentiels que mon banquier n’a pas à connaître. Un mois après, la banque m’avertissait par LRAR de la clôture de mes comptes, toujours avec la même formule magique : « nous n’avons plus convenance à maintenir nos relations commerciales ».

La politique de connaissance des clients « know your customer » ne vous paraît-elle pas justifiée par des pratiques frauduleuses qui ont été constatées chez plusieurs clients dans les banques ?
En tant que mandataire social, je connais parfaitement les risques attachés à des opérations illégales ou abusives. J’ai répondu par écrit à mon banquier « je n’ai pas de problème à répondre à des éventuels contrôles de la part d’organismes spécialisés comme Tracfin ; si vous estimez que les opérations passées par moi-même sont susceptibles d’en faire l’objet ». En l’occurrence, le directeur commercial de l’agence a préféré se couvrir et clôturer mes comptes : il ne prenait pourtant aucun risque, car 100% des opérations demandées étaient légales, même si elles sont inhabituelles pour eux. De deux choses l’une : soit un directeur commercial d’une agence qui traite avec des grandes entreprises n’a pas d’autonomie et de discernement et dans ce cas là, son salaire de cadre n’est pas justifié, soit sa hiérarchie ne lui laisse pas d’autonomie, et il sera bientôt remplacé par un robot, ou un algorithme – voire une application, c’est à la mode.

Les clients des banques peuvent en changer à loisir, pourquoi est-il plus difficile d’accepter que les banques choisissent leurs clients ?
Le problème ne se pose pas ainsi : dans les deux cas de figure qui m’ont concerné ici, la banque a étudié mon dossier avant d’ouvrir les comptes. Elle a décidé et accepté de m’avoir comme client, elle a gagné sa vie avec moi en me facturant des frais de tenue de compte, et sans raison, elle a choisi de cesser cette collaboration. Ouvrir un compte bancaire, pour une entreprise aujourd’hui, est coûteux en temps et en procédures. Je suis éditeur et facture à des milliers d’entreprises des abonnements qui sont réglés par virement : indiquer à tous vos clients qu’ils doivent changer les coordonnées bancaires pour vous régler, c’est un enfer. Pour être payé par une grande entreprise aujourd’hui, il faut être référencé dans ses fournisseurs, la direction des achats vous demande des formalités, etc. Il y a un vrai préjudice quand cette clôture de comptes n’est manifestement pas justifiée.

Que pensez-vous du droit à l’ouverture de compte via l’aide de la Banque de France ?
C’est une très bonne question, parce que figurez-vous qu’après avoir été viré de deux banques, aucune autre banque ne voulait de nous, curieusement. J’ai sollicité quatre rendez-vous dans des grandes banques de réseau cet été, pour disposer d’un nouveau compte bancaire, résultat : tous les motifs fallacieux m’ont été opposés pour en refuser l’ouverture. En désespoir de cause, j’ai réussi à ouvrir un compte dans une banque via la procédure de droit au compte. J’ai donc un compte bancaire a minima, sans chéquier, avec une Visa Electron – qui ne permet de rien faire. Un compte « banque de France », c’est pire qu’un compte Nickel.

Pensez-vous que vos protestations peuvent faire changer les choses ?
Je n’en suis plus au stade de la protestation, mais de la révolte. Je pense qu’ensemble, au lieu d’accepter d’être des moutons, nous devons réagir. Je ne suis pas Cantona, mais je pense qu’il avait bigrement raison. La révolte me semble désormais nécessaire et vitale dans notre société où les réglementations, dispositifs, contraintes de tous ordres nous empêchent de vivre, respirer, travailler – nous sommes « prisonniers », et l’on nous raconte que la prison est dorée, que ses barreaux sont justifiés par notre propre sécurité. Curieusement, ces mêmes banques ne sont pas « empêchées » d’aller perdre de l’argent dans des opérations frauduleuses ou illégales. Dans le pire des cas, elles payent des amendes, en milliards d’euros, un lampiste est identifié pour payer les pots cassés et prendre sa retraite un peu plus tôt. Personne ne va en prison chez les banquiers. Je suis comme le directeur de la prison dans le film Brubaker, je pense que les prisonniers que nous sommes devenus ont droit au respect, a minima.


La Société Générale songerait à supprimer 20% de ses agences « pour s’adapter aux nouveaux usages » – mais fait-elle vraiment « évoluer son modèle relationnel » ?

Chapitre 2 : MAIS la Société Générale ne ferme pas tous les comptes pro 🙂

Le 7 avril 2016
Message personnel aux banquiers de la société Générale et à ses salariés :

7 mois après que vous m’avez fermé mes comptes professionnels, sans raison, sans explication (la loi ne vous impose pas de le faire),nous ré-apprenons ce qu’on savait déjà :
Que vous êtes moins rapide à fermer certains comptes que d’autres, que votre discernement est à géométrie variable .
A quel point vous adorez le tourisme et le story telling…

Je me fiche de vos applications débiles, de vos prix sur la meilleure relation client (gagnés à coups d’enveloppes de sponsoring), de vos courriers poudrés avec en bas de page le numéro d’un centre d’appels qui ne répond jamais ou à côté..Dans quelques semaines vous rencontrerez et inviterez vos « complices », partenaires, dans les loges de Roland Garros ou d’un festival de cinéma, vous rierez alors je suppose, des sans-culottes qui n’ont rien compris au monde comme il va.
Je crois au contraire que, puisque vous parlez la langue des affaires, l’anglais, vous devriez plutôt écouter, réecouter CLASH : The Guns of Brixton
You can crush, you can bruise us, but you’ll have to answer to the guns of brixton.

Hasta la vista, les Guns de Brixton arrivent !
Manuel jacquinet

 

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

7 réponses à “« Nous n’avons plus convenance à maintenir notre relation commerciale » : l’enfer bancaire pour un entrepreneur s’appelle la clôture du compte”

  1. concrètement Manuel, tu proposes quoi ?

    j’attends avec impatience ton plan d’action.
    et je complèterai ton témoignage avec le mien qui est encore plus pathétique si tu savais.

  2. En fait la Société Générale est plus occupée par l’ouverture de comptes au Panama que par la gestion de ses clients!!!!!!!!!!

  3. Total soutien, il ne faut pas baisser les bras face à des organisations qui renient à ce point l’humain, le bon sens.
    On se plaint que le vivre ensemble soit malmené. Pas étonnant.
    Brazil (film de Terry Gilliam) est chaque jour plus prophétique…

  4. Bonjour,

    Histoire fort intéressante. Merci. Il faut témoigner.

    Votre histoire pourrait être complétée par une suite anticipée: après avoir forcé leurs clients à trouver des solutions alternatives, les banques perdront leur raison d’être et viendront frapper à la porte de l’Etat pour qu’il assure leur survie.
    Pendant ce temps, leurs salariés défileront dans les rues en priant l’homme de la rue d’œuvrer pour maintenir leurs emplois devenus inutiles, tels les taxis interpellant leurs ex-clients traités en otages pendant des années.
    Dans combien de temps, cette suite ? 6, 12, 24, 36 mois ? Vous, entrepreneur aux droits bafoués, accepterez-vous alors que l’impôt tiré de la valeur que vous créez serve à perfuser vos agresseurs ?

    Franck LEFEVRE

  5. Même si j’ai une autre vision des banques je trouve le dernier paragraphe de cet article excellent  » La révolte me semble désormais nécessaire et vitale dans notre société où les réglementations, dispositifs, contraintes de tous ordres nous empêchent de vivre, respirer, travailler – nous sommes prisonniers, et l’on nous raconte que la prison est dorée, que ses barreaux sont justifiés par notre propre sécurité »
    C’est sympa et je trouve cela tellement vrai et assez courageux

  6. bonjour,
    La révolte a du bon sans aucun doute. L incompétence de bon nombre de salariés de banque est criante.
    Le 6 août à 9h15, alors que j étais en vacances, la conseillère du crédit mutuel, à titre personnel, m appelait pour m apprendre que mon découvert autorisé serait réduit de 90%.
    Découvert du même montant depuis 12 ans. Sa motivation : je ne l utilisais pas et je pouvais m en passer.

    Puis de s interroger « mais vous êtes classifié en pro dans nos systèmes, vous avez eu une activité professionnelle a un moment ? »
    Elle connaît manifestement mon âge (42), la provenance de mes ressources, mon activité, et on aurait pu espérer qu elle avait préparé son appel à minima.
    Je m en suis ému auprès du responsable de groupe dont j avais le mail… Aucune réaction !
    J ai ferme mon compte sans plus attendre.
    Une banque qui appartient à ses clients ça ne change pas grand chose.

Laisser un commentaire