La Cnil submergée d’appels au sujet des fiches d’Acadomia

Le 31 mai 2010 par Magazine En-Contact

« Saloperie de gamin… » « Le père est un crétin » «La mère est une salope »… Non contents d’établir et de conserver en totale contradiction avec la loi informatique et libertés des « fiches » sur leurs élèves, et sur leurs enseignants candidats, les enseignants d’Acadomia les ont truffées de pareils commentaires, concernant même parfois des données très sensibles : « père en prison », « maman a un cancer de l’utérus » « son père vient d’apprendre son cancer du poumon tant mérité (a fumé pendant quarante-cinq ans) », « hospitalisé en urgence pour une tumeur cancéreuse », voire … « pue (ne connaît pas le déo)» Sanction : un avertissement public de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), une sanction rare. Pire, Axel Türk a décidé de transmettre le dossier au Parquet.

[pullquote right]Suite à cette affaire, les clients, pas très rassurés, ont littéralement submergé d’appels la CNIL pour obtenir des informations sur les fiches les concernant.[/pullquote]

Après avoir argué que « le rapport de contrôle des équipes de la CNIL établi trop rapidement comporte de graves inexactitudes », le leader de l’enseignement à domicile a fait machine arrière en termes de communication : « Nous avons naturellement collaboré avec la CNIL pour répondre au mieux à ses demandes et à ses observations et nous continuerons à le faire. Nous avons également expliqué à la CNIL les contraintes liées à notre activité. Et bien sûr, nous porterons désormais une attention encore plus particulière à la gestion de nos fichiers, et à leur contenu, dans le plus strict respect de la vie privée des personnes qui y figurent. »

Suite à cette affaire, les clients, pas très rassurés, ont littéralement submergé d’appels la CNIL pour obtenir des informations sur les fiches les concernant.

Il y a un an, nous soulignions déjà suite à l’affaire du détournement des coordonnées bancaires du Président de la République que les services clients étaient devenus de vastes entrepôts de données (voir article), trop rarement contrôlées, autorisant tous les dérapages. Les fichiers ici incriminés étaient en effet gérés par la société AIS 2, filiale d’Acadomia (20 % des activités du groupe), qui a pour fonction de sélectionner des enseignants, puis de proposer leurs services de soutien à des clients (parents d’élèves) : donc, dans le cadre d’une démarche de télémarketing.

Les inquiétudes grandissantes du public vis-à-vis de ces manquements vont-ils pousser la CNIL à ouvrir un centre d’appels ?

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Une réponse à “La Cnil submergée d’appels au sujet des fiches d’Acadomia”

  1. C’est hallucinant.
    Et dire qu’on leur confie nos enfants !
    Mais quand on voit comment les profsà l’école traitent leurs élèves, on se demande où les mettre !

Laisser un commentaire