L’Auvergne, terre de mission des téléservices

Le 22 mars 2010 par Magazine En-Contact

Commander ce numéro

Traditionnellement portée vers l’industrie et la filière agro-alimentaire, la région Auvergne aurait pu devenir une terre d’implantation fertile pour les centres d’appels en mal d’installation à la campagne.

Faible coût de l’immobilier, ressources humaines attachées à la valeur travail et souvent à l’entreprise qui les emploie, liaisons routières ou ferroviaires en amélioration depuis quelques années (merci l’A75, l’A89 et le Téoz), fracture numérique réduite depuis le plan d’investissement concernant le désenclavement du Massif Central…
Autant de paramètres qui auraient pu séduire l’impétrant à la recherche d’une installation judicieuse.

Mais la réalité a été plus compliquée : tandis que des régions comme la Picardie, le Centre, le Limousin ont dépassé peu à peu leurs réticences vis-à-vis de la filière centre d’appels, l’Auvergne et ses institutions ont continué à regarder d’un œil méfiant les centres d’appels. Satel, le principal opérateur indigène, né à Vichy et qui a par la suite essaimé à Montluçon, Moulins, Le Puy en Velay, Saint Flour, avait pourtant ouvert la voie et démontré que le secteur générait emplois et croissance. Patatras. Aujourd’hui, comme en témoignent les quelques personnes interrogées, mises à part quelques incursions au Seca ou quelques annonces publicitaire et communiqués de presse à l’occasion d’une installation, professionnels de l’emploi, politiques, chargés du développement économique rivalisent toujours de méfiance, arguant du turnover de la filière, de la possible délocalisation, de la difficulté du métier etc.
Il faut s’armer de patience, de force de conviction, et ne compter que sur soi-même dans cette région volcanique où tous les acteurs, si peu nombreux soient-ils, s’observent.

Ceux qu’il faut connaître (liste non exhaustive) :

  • La CCI de Montluçon qui a monté dès les années 2000 une filière de formation spécialisée dirigée par Michel Laclautre ;
  • Le groupe Satel qui n’a pas souhaité répondre à nos demandes d’interviews et qui possède plusieurs sites dans la région ;
  • Bruno Avignon, chargé du développement économique du Cantal, qui a œuvré pour installer quelques centres sur Saint Flour et Aurillac, et son homologue en Haute Loire Yves Chemarin ;
  • Clients Tel Services et Téléconcept, interviewés ci-après ;
  • Jean-Michel Ibazizen, le dirigeant de Yakamoz, dernier centre d’appels créé à Tence en Haute Loire ;
  • Les services de Laurent Wauquiez, l’un des ministres français convertis aux nouvelles technologies et à cette filière ;
  • Last but not least, Abdelkader Railane, interviewé également, directeur de la mission locale d’Yssingeaux et ses équipes… car même dans les territoires païens, il y a des missionnaires.

A noter également, le tournage récent de la comédie 118 318 Sévice Client, bientôt sur les toiles, qui s’est majoritairement déroulé in situ, à quelques kilomètres du Chambon-sur-Lignon
( voir www.118prod.com )

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire