Selon Wynd, Frédéric Jousset (le co-fondateur de Webhelp) aurait « organisé la campagne de diffamation contre la société et Ismael Ould ».

Le 21 novembre 2019 par Magazine En-Contact

Une thèse étonnante, stupéfiante même, émise par Wynd et son avocat, a été entendue hier au Tribunal de Paris, lors d’une audience publique: Associé avec Mr Ould dans une société commune, dirigée par Arthur de Soultrait, le dirigeant à la tête de Webhelp aurait commandité une cabale médiatique en utilisant un magazine professionnel qui serait à sa botte: En-Contact.
Le rédacteur en chef du magazine, Manuel Jacquinet, a dénoncé cette nouvelle fantaisie de Mr Ismael Ould, qui n’en est pas à un mensonge près (sic)

Manuel Jacquinet – © DR

Lors de l’audience publique qui s’est tenue hier, à la 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris et qui opposait Wynd et son fondateur à l’éditeur du magazine En-Contact (Malpaso), Ismael Ould et son conseil ont déclaré à la présidente que la série d’articles rédigés par Manuel Jacquinet (et dont ils estiment qu’ils diffament cette entreprise rentrée dans le Next 40 et qui fournit des solutions de commerce omnicanal) a été téléguidée par le co-fondateur de Webhelp.

Pourquoi ? Associés communs dans une société dirigée par Arthur de Soultrait (le fondateur de Vicomte Arthur), ces deux entrepreneurs ne s’apprécieraient pas et Frédéric Jousset aurait, de ce fait, diligenté une cabale personnelle en utilisant un média qui serait à sa botte. A l’appui de sa démonstration, Ismael Ould a produit au Tribunal la copie d’un message posté sur Facebook par Frédéric Jousset dans lequel ce dernier utilise le terme ‘arnaque’ en évoquant Wynd et indiqué que n’importe quel fait et geste du président de Webhelp est largement et positivement commenté par le magazine spécialisé dans l’économie des centres d’appels et de l’expérience client (voir notre Citizen Kane Frédéric Jousset).

Ismael Ould – © DR

Ismael Ould, qui avait pris la peine d’assister à l’audience, ce qu’il ne fait pas toujours dans les nombreux procès où son entreprise est impliquée, a déclaré parallèlement que « le propriétaire de la pizzeria Marcello, à Montmartre, qui a contribué à déclencher l’enquête d’En-Contact (voir la vidéo) « est un petit commerçant, que son entreprise ne lui a jamais vendu de caisse enregistreuse (…) Que l’individu à la tête du magazine En-Contact écrit sa feuille de chou dans sa cuisine (…) que l’enquête menée par ce magazine n’a pas été menée sérieusement ». Bien aidé et assisté dans son entreprise de dénigrement systématique de toutes les pièces fournies au dossier par la partie adverse par son conseil, Maitre Emmanuel Marsigny qui a, lui, déclaré « que ce journaliste est un danger pour la République ».
Le rédacteur en chef du magazine a dénoncé avec vigueur  » cet argument de défense ahurissant et diffamant tant pour le magazine que pour la personne de Frédéric Jousset »
Que l’entreprise Wynd, qui annonce avoir 130 clients actifs et vaudrait 1 milliard, n’ait jamais pu ou désiré donner au magazine En-Contact les coordonnées de deux clients installés et satisfaits (ce que lui a demandé à maintes reprise le journaliste avant de rédiger l’article du 19 septembre) on en a peu parlé. L’avocat de Wynd a produit dans ses pièces et évoqué à l’audience les collaborations avec Carrefour Market et Dior, clients de la société Wynd et qui seraient très satisfaits : deux échanges de mails adressés par des cadres de ces deux entreprises sur le déploiement partiel de Wynd font partie des pièces fournies par Wynd dans le dossier remis au Tribunal.
Mais ces mails datent d’octobre 2019, postérieurement à l’article qui a déclenché cette affaire. Et l’on y évoque des débuts de déploiement. Mais ni Carrefour Market ni Dior Couture ne veulent témoigner de quoi que ce soit lorsqu’on les sollicite officiellement.
Depuis vingt ans, le magazine En-Contact a sorti un certain nombre d’enquêtes qui ont, elles aussi, étonné ou dérangé lors de leur parution, a ajouté Manuel Jacquinet : sur la SFAM, sur la dégradation du service client chez Oscaro, sur la perte des données abonnés dans de grands médias français etc. Nous ne nous sommes jamais trompés ni n’avons été démentis par la suite des évènements. Wynd est une construction médiatique, selon nous, comme l’économie digitale en fabrique beaucoup actuellement. Et quand Marcel Dacalor, qui fût l’un des clients de la société, les qualifie d’escrocs dans un avis Google, même s’il possède une pizzeria, son témoignage est audible et ne mérite pas le mépris que j’ai entendu à la barre cette après-midi.

L’affaire Wynd, comme le magazine Challenges -dont un des journalistes assistait hier à l’audience- l’a qualifiée, est décidément pleine de rebondissements.

Par la rédaction d’En Contact

Prochain numéro d’En-Contact, 15 décembre 2019.

Photo de une : Frédéric Jousset – © Edouard Jacquinet

 

 

La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire