Être libre, vraiment, presque…

Le 24 janvier 2012 par Magazine En-Contact

 

The Black Keys – El Camino – Dead And Gone / 

Je me suis reposé les oreilles, je devrais dire purifié celles-ci, ces derniers jours, en écoutant, très fort je l’avoue, EL CAMINO des Black Keys ; après 7 albums et une carrière qui débute en 2002, le duo d’Akron-Ohio enfonce le clou : les guitares y sonnent comme des guitares, on entend la batterie, en clair, du blues rock qui annonce la couleur et tient ses promesses.

Dans une interview récente donnée à Paris, les deux complices déclaraient «la bonne musique se fait rare ; bonne, ça veut dire de la musique vivante et non une insipide électro débitée au kilomètre. La musique qu’on entend dans cet hotel est insupportable mais personne n’est dupe. On est très loin de Led Zep ou d’Otis Redding. Je suis sur que c’est l’une des raisons principales raisons de notre succès : on aime ou on déteste ce que l’on fait, mais au moins on ne reste pas indifférent».

Quel rapport avec la choucroute me direz-vous ?

Afficher la couleur, dire ce qu’on fait et pas vouloir tout faire, accepter de ne pas plaire à tous, bprendre le temps de grandir et accepter, peut-être, que le succès ne vienne qu’au terme d’un long cheminement, être libre..

Je me suis énervé contre les vendeurs de liberté, semaine passée, qui racontent qu’ils sont dépassés par le succès et que c’est la faute aux cartes sim et à la portabilité qui ne fonctionne pas assez vite etc, contre toutes ces boutiques et marques sur Facebook ; ces tweeters fous qui comblent la vacuité des points de vue par des prises de parole quotidiennes, et en fait… Je ne devrais pas : il reste des gens libres, qui prennent le temps, qui travaillent à deux dans des studios, près de leur maison natale. Il faut allumer la radio sur la bonne fréquence, that’s all. Merci FIP qui m’a permis de découvrir, voici quelques années The Black Keys et tant d’autres…

Et que Kobe, quelqu’un qui m’est cher tout comme d’autres, apprécie spontanément les Black Keys, voilà un grand message d’espoir : la jeunesse n’est pas dupe, rock’n roll can never die et… Chacun son chemin.

Pour ceux qui se réveillent, au fond de la classe, un truc à entendre et retenir : choisissez votre camp ! Alleluia.

Manuel Jacquinet,
Édito rédigé en janvier 2012

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire