Confessions d’une permanence téléphonique

Le 1 juin 2020 par Magazine En-Contact

Qui sont ces opératrices qui en savent plus sur leurs célèbres clients que les psys de ces derniers ? Fondé en 1956 par Mary Printz, une jolie brune dont les surnoms allaient de « Ma Belle » à « La Sorcière de l’Est », le célèbre standard téléphonique Les Belles bourdonne toujours dans un appartement de l’East Side de Manhattan. Mary venait à peine de s’établir quand deux de ses clients lui confient leur projet : écrire une comédie musicale sur un service téléphonique inspiré d’elle et de sa compagnie. C’est la naissance de Bells Are Ringing dont les paroles suggèrent que Roméo et Juliette auraient pu être heureux, eussent-ils été clients d’un service de permanence téléphonique. Au départ, les prestataires de services téléphoniques n’étaient pas destinés au domaine matrimonial, mais aux nécessités économiques. Pendant la Grande Dépression, le jeune Freke-Hayes, qui dirige un service de permanence téléphonique réservé aux médecins, remarque alors que des milliers d’acteurs se pressent dans les rues de New York. Ils sont environ 10 000 et sans doute soucieux de ne rater aucun appel. Freke Haye décide de se créer une nouvelle clientèle. Plus tard, dans les années soixante-dix, à New York et à Los…

Pour poursuivre la lecture de cet article, abonnez-vous dès maintenant !

Je suis déjà abonné (je crée mon compte et/ou je me connecte)
La création de compte est nécessaire pour les abonnés des offres Scapin et Warren Buffett

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire