« Si au réveil on entend toujours le bruit, c’est qu’il y a eu lésion »

Le 23 août 2010 par Magazine En-Contact

Docteur Didier Descouens

ORL et chirurgie cervico-faciale

Constatez-vous une augmentation des cas de chocs acoustiques chez les professionnels du téléphone ?
Les chocs sont assez rares, car la technologie a évolué. Au départ, on utilisait surtout des casques intra-auriculaires ; ce sont les pires : ils bloquent le conduit d’air et qui aggravent la pression sur le tympan. Les problèmes sont moins importants avec les casques binauraux, qui enveloppent mieux l’oreille et qui évitent de la fatiguer inutilement. On a constaté qu’avec des casques monoraux, l’autre oreille se concentrant sur le bruit de fond, les utilisateurs sont amenés à augmenter deux fois plus le volume du casque.
Par ailleurs, avec les quelques cas récents qui ont défrayé la chronique, il y a eu une prise de conscience et les médecins du travail ont été sensibilisés à la question.

Quelles sont les pathologies ?
Dans tous les cas de figure, l’oreille interne est abîmée, surtout s’il y a une pathologie sous-jacente, une fragilité : ce sont ces personnes qui peuvent développer une lésion dès le premier choc. Concrètement, si vous êtes jeunes et en bonne santé, les chocs ne produiront pas plus qu’une fatigue auditive, c’est-à-dire des acouphènes. C’est désagréable, mais une nuit après on ne les ressent plus. Si au réveil on entend toujours le bruit, c’est qu’il y a eu lésion.

Avez-vous dû traiter un nombre important de téléconseillers du site de Carmaux ? Pour quelle pathologie ?
J’en ai effectivement traité un certain nombre, et pour des lésions plus ou moins graves.

On a évoqué des cas allant jusqu’au saignement de l’oreille, est-ce possible ?
Un seul choc ne peut pas produire un tel saignement, il faut que le tympan soit physiquement détruit, suite à une explosion, comme si on avait été juste à côté de l’usine AZF.

Au-delà de la problématique des casques, comment protéger les téléconseillers ?
Les chocs s’expliquent presque toujours par des chocs électriques affectant le réseau. Il s’agit de mettre des « parafoudres », je ne connais pas le terme exact car ce n’est pas mon domaine, à la base du standard. C’est beaucoup plus efficace que les limiteurs placés entre le téléphone et le casque. De plus, si le standard est numérique, cela permet de presque tout contrôler, contrairement aux standards analogiques.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus exclusifs d’En-Contact !

Créer un compte

*
*
*
*
*


Commentaires

Laisser un commentaire